Bioaddict



interview

Tous les produits biodégradables ne sont pas écologiques ! L'interview vérité sur le plastique bio

Publié Le 20 Novembre 2009 à 13h25
 
Il y a donc tromperie sur des marchandises que l'on croit biodégradables et qui ne le sont pas ! Mais le plastique biodégradable existe! Une matière plastique bio, révolutionnaire, à base d'amidon de maïs sans OGM, 100 % biodégradable et 100 % compostable : le Mater-bi.
 
Philippe Lebacq Docteur en biologie moléculaire, chercheur au CNRS

Philippe Lebacq a fondé en 1998 les Yokozuna Technologies, la première compagnie de produits industriels 100 % biodégradables en France. Soucieux de l'environnement, Yokozuna Technologies concoit, fabrique et commercialise des produits biotechnologiques au service du développement durable. Ces produits incluent des sacs biodégradables, des herbicides écologiques qui diminuent la consommation d'eau, une gamme de couverts biodégradables...

1/4
Pour vos sacs biodégradables et compostables,...
Pour vos sacs biodégradables et compostables, exigez le logo OK COMPOST

  • Le plastique bio dont tout le monde rêve existe vraiment ?

Ph Lebacq : Mais bien sûr. Il s'appelle Le Mater-bi, et il a été inventé en Italie il y a plus de 20 ans. Ce bio-plastique à base d'amidon de maïs, recyclable plusieurs fois sans altération, combustible sans résidus de métal, et sans formation de matières nocives, est complètement biodégradable et devient, après compostage, un agent fertilisant pour de nouvelles cultures. Ce sont en effet les micro-organismes naturels du sol qui vont dégrader la matière.
Les produits en bioplastique sont utilisés depuis des années dans le commerce et l'industrie. Leur production n'arrête pas d'augmenter : bientôt plus de 100 000 tonnes seront produites au niveau mondial.

  • Quels produits sont aujourd'hui conçus avec ce bioplastique ?

Ph Lebacq : Des sacs poubelles , des sacs de sortie de caisse distribués par les grands magasins , des couverts, des films maraîchers pour les professionnels comme pour les jardiniers amateurs, des films jardiniers, des vêtements professionnels et de bricolage (blouses, bonnets, des sur-chaussures, des vêtements de protection alimentaire...), des stylos, etc...

  • Comment expliquer que ces produits à base de bio plastique ne soient pas davantage utilisés ?

Ph Lebacq : Un produit biodégradable et compostable coûte plus cher.
Mais les effets bénéfiques de l'utilisation des bio-plastiques pour la santé et l'environnement sont tels qu'on ne doit plus hésiter à les utiliser. D'ailleurs à partir de 2012 la distribution des sacs en plastique non bio sera interdite.
Il va falloir cependant que le consommateur soit très vigilant car tous les produits biodégradables ne sont pas forcément écologiques.

  • Tous les produits biodégradables ne sont pas écologiques ?

Ph Lebacq : Hélas, non ! Un produit biodégradable est un produit qui peut, dans des conditions de température, d'humidité, d'oxygénation et de pH adéquates, être totalement dégradé par des micro-organismes, champignons et/ou bactéries.
Mais il peut y avoir des substances intermédiaires pendant la biodégradation qui sont toxiques. Il existe ainsi des sacs dits biodégradables mais qui sont conçus avec du plastique fragmentable : c'est en fait un plastique classique auquel on a rajouté un fragmentant. Il se transforme en confettis de polyéthylène qui ne sont évidemment pas du tout biodégradables. En outre, l'agent fragmentant contient des métaux lourds et des lytiocarbamates ou des molécules chimiques organiques plus ou moins toxiques.
Autant dire que l'on n'a aucun intérêt à utiliser ce type de produit si ce n'est son prix qui est moins élevé qu'un produit compostable.
Il y a donc tromperie sur des marchandises que l'on croit biodégradables et qui ne le sont pas !

  • Comment savoir si un produit biodégradable est toxique ?

Ph Lebacq : Pour faire des tests de biodégradabilité et de compostabilité réussis, on fait pousser des plantules d'orge sur des produits biodégradants. Ces plantules sont censées se développer. Si ce n'est pas le cas, c'est que ces produits contiennent des éléments phytotoxiques et qu'ils sont toxiques pour les plantes.
Pour connaitre l'écotoxicité d'un produit, on le biodégrade dans un milieu aquatique avec des aphnées qui sont les petits animaux que l'on donne à manger aux poissons rouges. Ces animaux sont très sensibles à la pollution. Donc s'il y a une pollution écotoxique, elles ne se développent pas et meurent.

Ce sont donc ces tests qui sont utilisés pour savoir si un produit est biodégradable et compostable. Car pour être sûr qu'un produit biodégradable est non toxique, il faut qu'il soit compostable.

  • Qu'est-ce qu'un produit compostable et quel est son intérêt pour l'environnement?

Ph Lebacq : Les produits compostables sont dégradés de manière entièrement naturelle par des micro-organismes : champignons microscopiques et bactéries. Ils se décomposent ainsi naturellement et il n'y a donc pas d'incinération de déchets.

Il faut savoir que l'incinération est polluante ! Elle rejette dans l'environnement des PCB, des dioxines et des métaux lourds vaporisés cancérogènes et tératogènes. La pollution provoquée par les incinérateurs, est surtout liée à la production de dioxines que l'on retrouve dans le lait et la viande. C'est par ingestion que la contamination se fait. La contamination par l'air est moins importante. Un produit compostable est donc un produit qui n'a aucun impact négatif sur l'environnement.
De plus, les produits compostables permettent d'enrichir les cultures en humus en se dégradant. L'humus, parfois nommé terre végétale, désigne la couche supérieure du sol créée et entretenue par la décomposition de la matière Les produits compostables permettent d'obtenir un humus sein, sans métaux lourds, sans intermédiaires de biodégradation toxique, bref, un produit clean. Cet humus peut être utilisé pou l'agriculture et le jardinage.
Enfin il faut savoir que le compostage collectif coûte 4 fois moins cher que l'incinération des déchets. Il demande juste un tri supplémentaire des matières organiques des ménages et des industries et l'utilisation de sacs 100 % biodégradables et 100 % compostables.

  • Comment le consommateur peut-il reconnaitre un produit biodégradable compostable ?

Ph Labacq : C'est le logo OK-COMPOST qui certifie la compostabiltité du produit. On le trouve par exemple dans les soufflets des sacs biodégradables que l'on peut trouver en magasin.
Cette certification est attribuée par un organisme certificateur (comme Ecocert certifie les produits AB) indépendant basé à Bruxelles, l'AIB-Vinçotte, et international et qui vérifie que la norme N13432 européenne de biodégradabilité et de compostabilité est respectée.

  • La gamme de produits fabriquée en bio plastique est aujourd'hui assez limitée. Peut-on envisager la création d'autres produits de grande consommation avec ce plastique biodégradable ?

Ph Lebacq : On pourrait fabriquer des meubles mais cela coûterait très cher. Il y a toujours des limites à l'utilisation de certains matériaux. On pourrait fabriquer des boites, des ordinateurs, des souris, des claviers ou encore la partie plastique des téléphones portables en bioplastique mais le prix serait au moins 3 fois supérieur avec ce matériaux.
Cependant si le polyéthylène et les plastiques dérivés qui servent à fabriquer le plastique polluant sont aujourd'hui très peu onéreux et donc répandus partout sur terre, la plupart de ces matières vont devenir de plus en plus chères car de plus en plus rares dans l'avenir. Et c'est alors que le bio plastique deviendra compétitif.

Mais encore une fois dès lors que l'on parle de santé et d'environnement il est indispensable de sortir de la logique prix de revient à court terme et considérer le prix qui sera payé à moyen-long terme par nos enfants si on continue à polluer notre planète.

Ph Lebacq : C'est dans cet esprit que j'ai créé en 1997, la société Yokozuna Technologies* pour que les consommateurs, institutions, associations, centrales d'achats, magasins, producteurs etc... puissent se procurer des produits totalement respectueux de l'environnement : pas de produits chimiques ni de matières premières polluantes ou mettant en péril les ressources génétiques de la planète.


Propos recueillis par Christina VIEIRA

* www.yokozuna.com