Bioaddict



good news

Troisième conférence mondiale pour s'adapter à la variabilité et au changement climatique

Publié Le 2 Septembre 2009 à 08h55
 
Cette Conférence mondiale sur le climat (CMC-3), qui se tient jusqu'au 4 septembre prochain à Genève en Suisse, réunit 1 500 experts et décideurs de 150 pays, venus participer à la création d'un cadre international pour le développement des services climatologiques. L'objectif étant de renforcer le potentiel des mesures d'adaptation au réchauffement climatique à l'échelle du globe.

Comment l'humanité peut tirer parti des progrès accomplis dans le domaine de la prévision du climat et des connaissances acquises en matière climatologique ? C'est à cette question que doivent répondre les experts de cette conférence qui conforte les Nations Unies dans leur rôle de chef de file pour les questions liées à la variabilité et à l'évolution du climat.

" Il existe désormais des informations de haute valeur permettant de créer des services grâce auxquels les décideurs pourront mieux gérer les risques et les perspectives que présentent la variabilité et l'évolution du climat. En établissant un cadre international pour la mise en place de services climatologiques répondant aux besoins locaux, la Conférence apportera une contribution à la quinzième session de la Conférence des Parties à la CCNUCC (Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques), qui aura lieu à Copenhague , au Danemark, en décembre 2009 ", inscrit l'Organisation météorologique mondiale (OMM), organisatrice de cette conférence.

Selon M. Hans-Rudolf Merz, président de la Confédération helvétique, qui a ouvert la Conférence le 31 août dernier, " le changement climatique représente un défi sans précédent pour nos sociétés, nos économies et notre environnement . Plus que jamais, la qualité des processus de planification et de prise de décisions dépend de renseignements climatologiques pertinents ".

La prévision et l'information climatologiques au service de la prise de décisions

C'est le thème général du CMC-3 qui portera en particulier sur l'utilisation que les sociétés doivent faire de ces données pour s'adapter à la variabilité du climat et aux changements climatiques dans des secteurs comme l'agriculture, la foresterie, l'eau et la santé, et aussi en ce qui concerne les infrastructures et les villes et dans l'optique du développement durable.
La sécheresse, les inondations , les vagues de froid et de chaleur, de la famine et des épidémies de certaines affections, qui influent sur la capacité à répondre à des besoins essentiels de la société tels que la nourriture, l'eau et l'énergie sont des questions abordées.

Cette rencontre sera une tribune importante pour l'Afrique, continent très vulnérable aux changements climatiques, en raison de la rareté de l'eau, de la forte dépendance à l'égard de la production agricole et de la haute concentration de population le long des régions côtières. Les impacts augmentent de plus en plus, rappelle l'OMM, qui se base sur le rapport 2006 de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), sur " les impacts, la vulnérabilité et l'adaptation en Afrique ".

" La Conférence devrait aboutir à l'amélioration des réseaux d'observation météorologiques, en particulier dans les pays en développement, au renforcement des capacités des gouvernements, des sociétés et des institutions à l'accès et à l'utilisation des prévisions climatiques et de l'information pour l'adaptation au changement ", a indiqué le Premier ministre, Raila Ondiga du Kenya.

" Il est désormais urgent d'injecter une grande quantité de ressources dans les programmes climatologiques internationaux existants et dans la mise en application des prévisions et des informations climatologiques par le biais des communautés nationales de recherche et de service, a déclaré M. John Zillman, président du Comité international d'organisation de la CMC-3. En tant que mécanisme destiné à permettre cette évolution, la CMC-3 aurait déjà dû se dérouler il y a dix ans ", a-t-il ajouté.

Objectifs

La Conférence doit donner un essor à l'action planétaire de lutte contre les risques liés au climat qui menacent le bien-être de la société. Elle doit profiter des opportunités que présente l'évolution du climat pour favoriser une croissance socio-économique durable , surtout dans les pays en développement et les pays les moins avancés.

La CMC-3 a aussi d'autres objectifs :

- Établir un cadre de coopération pour que les nations et les organisations puissent déterminer les besoins des utilisateurs finals ;
- Proposer des solutions qui permettent aux utilisateurs finals de bénéficier de l'amélioration des services de prévision et d'information climatologiques ;
- Mobiliser les climatologues sur le plan mondial pour améliorer la qualité des prévisions climatiques saisonnières à multidécennales ;
- Évaluer l'état actuel des connaissances et la capacité d'adaptation des collectivités ;
- Discuter et négocier les principes et les mécanismes du partage des progrès de la science et des techniques d'information dans le cadre d'une infrastructure mondiale de coopération.

Atteindre ces objectifs :

- Permettra aux collectivités vulnérables de mieux comprendre leur capacité d'adaptation aux vicissitudes du climat actuel et de mieux se préparer au climat de demain ;
- Ouvrira la voie à l'amélioration de la prévision et de l'information climatologiques pour assurer la protection des personnes, des moyens de subsistance et des biens et une exploitation plus viable des ressources naturelles dans la perspective d'une réduction de la pauvreté de par le monde ;
- Permettra un partage équitable des prévisions et des informations climatologiques établies par les usagers ;
- Accroîtra la capacité d'adaptation, l'efficacité économique et le bien-être social en prenant en compte les informations sur le climat et les prévisions climatiques en temps quasi réel dans des contextes très divers de prise de décisions.

Résultats escomptés

En dehors du principal résultat attendu qu'est le cadre international de facilitation des actions visant à atténuer les risques liés au climat, d'autres résultats sont attendus :

- Amélioration des réseaux de collecte de données et des systèmes de gestion de l'information dans le secteur climatique et les secteurs sensibles au climat ;
- Meilleure intégration de l'infrastructure régionale et nationale en vue d'une diffusion efficace d'informations et de prévisions climatologiques auprès des institutions et des gouvernements nationaux et du secteur privé ;
- Accroissement de la capacité scientifique et technique de produire des informations et des prévisions climatologiques fiables et conçues pour l'utilisateur en renforçant les mécanismes scientifiques internationaux, nationaux et régionaux ;
- Renforcement de la capacité des gouvernements, de la société et des institutions d'accéder à des prévisions et à des informations climatologiques.

Les résultats de la Conférence complètent les travaux en cours au titre du Plan d'action de Bali, adopté par la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques, et du Cadre d'action de Hyogo pour 2005-2015 : Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes.