Bioaddict



Vers une High tech moins énergivore


Sommaire
1 - La consommation électrique des TIC en question
2 - Une volonté d'agir pour l'environnement
Publié Le 27 Janvier 2010 à 16h55
 
Les trois fédérations professionnelles des nouvelles technologies en France s'engagent à réduire la consommation électrique des TIC, les technologies de l'information et de la communication (informatique, télécoms et produits électroniques) d'ici 2012.
Les Fédérations professionnelles du secteur des TIC en France, Alliance TICS (équipementiers télécoms et informatique), la Fédération Française des Télécoms ( opérateurs télécoms) et la FIEEC (Industries électriques, électroniques et de communication) ont mené conjointement une étude qui porte sur la consommation électrique de la filière TICs en France. Les résultats ont été présentés le 14 janvier dernier.

L'étude montre ainsi que les technologies de l'information et de la communication (TICs) se sont fortement développées ces dernières années, " notamment grâce à l'essor du haut-débit qui place la France dans le peloton de tête en matière d'accès de masse au numérique au niveau mondial ".

On comptait ainsi 17 millions d'abonnés haut débit en France fin 2008 ( 8 millions de plus qu'en 2005).

Selon l'étude, les consommations électriques du secteur ont cependant augmenté moins vite que les usages.  En effet, ces dernières années, les acteurs de la filière des TICs ont oeuvrés pour améliorer l'efficacité énergétique des équipements.

Ainsi, les pratiques d'éco-conception, engagées dans les années 90, se sont généralisées dans la filière des TICs, introduisant des gains significatifs de performance énergétique de l'ordre de 20 à 30% sur les nouvelles générations de plusieurs catégories d'équipements.

D'ici 2012, la consommation électrique des TIC va ainsi décroitre, sous l'effet conjugué des actions engagées par l'industrie et les pouvoirs publics et des migrations de parc, tandis que les usages continueront de croitre.

Plusieurs effets de migration de parcs d'équipements (ordinateurs fixes vers ordinateurs portables puis netbooks, écrans cathodiques vers écrans plats, téléphones fixes vers mobiles) vont se conjuguer pour partiellement amortir l'impact sur la consommation électrique de la poursuite du développement des usages (+10 millions d'abonnés haut débit, + 6 millions d'ordinateurs, +6 millions de téléviseurs d'ici 2012)

La diffusion et le prolongement des efforts de l'industrie (Energy Star, codes de conduite, et directive Eco-Conception/EuP) permettront une baisse de la consommation électrique consolidée tout en préservant le rythme d'enrichissement des fonctionnalités attendues par le marché.