Bioaddict



flash info
Publié Le 12 Juillet 2017 à 10h12
 

Ecologie: la Haute Mer est aussi gravement menacée

Les Eaux internationales qui représentent près de 60% des océans de la planète sont elles aussi en grand danger. C'est la conclusion d'un rapport commandé par High Seas Alliance, une coalition d'ONG qui lutte pour la protection des océans.

Dans ce rapport intitulé " Fonctions de la haute mer et impacts anthropogéniques "et qui est une mise à jour scientifique basée sur des observations enregistrées de 2012 à 2017 , les experts pointent du doigt les menaces potentielles qui pèsent sur la Haute mer .

Des chercheurs du département zoologique de l'Université d'Oxford ont ainsi analysé et synthétisé les conclusions de 271 publications scientifiques sur les fonctions de l'océan parues depuis le sommet de la Terre Rio+20 en 2012, qui avait mis en avant la nécessité d'une protection légale pour la haute mer.

Ils en concluent que l'océan est beaucoup plus complexe et divers qu'on ne le pensait. Cela signifie qu'une modélisation précise des possibles bouleversements futurs – qu'il s'agisse de la capacité de séquestration du carbone, de l'intégrité de l'écosystème ou de l'abondance des espèces – va requérir des recherches plus profondes et plus coordonnées.

lls ont également constaté que les preuves s'accumulent pour montrer que certaines parties de l'océan ont presque atteint leur point critique écologique. C'est le cas par exemple dans le bassin océanique de la baie du Bengale, où l'augmentation de l'écoulement des fertilisants agricoles ou les bouleversements dus au changement climatique pourraient créer une nouvelle zone déficitaire en oxygène.

L'augmentation des températures de l'eau en surface a par ailleurs provoqué le développement de la bactérie Vibrio, qui a été associée avec une recrudescence mondiale de maladies telles que le choléra, la gastroentérite, les plaies infectées et les septicémies.

Enfin les plastiques de petite ou grande taille sont omniprésents dans l'océan et leur impact général est encore inconnu.

Selon Peggy Kalas, coordinatrice de High Seas Alliance "Cette analyse montre plus clairement que jamais que les impacts de l'action humaine sont ressentis dans toute la haute mer, et pas seulement dans nos ZEE (Zones Economiques Exclusives). Et elle estime qu'il est "indispensable et urgent de mettre en place une structure de gouvernance contraignante pour gérer la haute mer et d'autre part l'urgence d'appliquer le principe de précaution afin d'assurer la durabilité des activités humaines ".

Cette semaine se tiendra la quatrième et dernière session du Comité Préparatoire établi par l'Assemblée Générale des Nations unies. Son objectif est de formuler des recommandations en vue de la rédaction d'un traité contraignant sur la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine. Il s'agirait du tout premier traité consacré à la protection de la vie marine en haute mer menacée par les activités humaines, le réchauffement climatique, la surpèche et les rejets de produits chimiques .

Un traité indispensable étant donné l'importance des services rendus par l'océan et leur rôle crucial pour l'humanité.



Retrouvez tous les Flash Infos :