Bioaddict



flash info
Publié Le 16 Juin 2017 à 15h31
 

Le bisphénol A enfin reconnu comme perturbateur endocrinien

Grace à l'Agence française de sécurité sanitaire et alimentaire (ANSES) le comité des Etats membres de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) vient d'adopter le classement du bisphénol A (BPA) comme substance extrêmement préoccupante dans le cadre du règlement européen REACh, au titre de ses propriétés " perturbateur endocrinien " pour la santé humaine.

Cette décision aura pour conséquence une obligation pour l'industrie de notifier à l'ECHA la présence de la substance dans les articles fabriqués ou importés et d'informer l'acquéreur d'un article de la présence de BPA, précise l'ANSES.

L'inscription du BPA sur la liste de l'ECHA des substances extrêmement préoccupantes ouvre également la possibilité que le BPA soit soumis à autorisation en tant que substance, conditionnant ses usages à l'octroi d'une autorisation temporaire et renouvelable.

L'ANSES rappelle dans son communiqué de ce vendredi 16 juin 2016 que le bisphénol A est une substance chimique de synthèse (malheureusement) utilisée depuis plus de 50 ans notamment dans l'industrie du plastique, et qu'elle a identifié près d'une soixantaine de secteurs d'activité potentiellement utilisateurs de cette substance en France.

Ce n'est que depuis le 1er janvier 2015 que le bisphénol A est interdit en France dans les contenants alimentaires. Et ce n'est qu'en décembre 2016 qu'une mesure de restriction de l'utilisation du BPA dans certains articles destinés au grand public, comme les tickets thermiques, a été adoptée par la Commission européenne sur la base d'un dossier d'instruction de l'Anses déposé auprès de l'ECHA dans le cadre du règlement REACh.

Le rôle de l'ANSES et de la France dans le combat contre le bisphénol A finit ainsi par se révéler efficace et déterminant.



Retrouvez tous les Flash Infos :