" Journaliste environnementaliste, un combat périlleux "

Sommaire de cet article :

  1. Environnement et vérité : la menace pèse sur les journalistes
  2. Gaspillage des ressources naturelles : un sujet sensible
  3. Dénonciation de pollutions : source de menaces

En Chine, Wu Lihong a été condamné à trois ans de prison pour avoir alerté les médias chinois et internationaux de la pollution qui frappe le lac Taihu, le troisième plus grand lac de Chine. Il dénonçait sur Internet l'asphyxie du lac par des rejets industriels sauvages.

Rigory Pasko a reçu le prix Reporters sans frontières, Fondation de France en 2002 pour son combat contre la censure. Ce journaliste russe travaillait pour le magazine écologique Ekologiya i pravo. Il a été incarcéré pendant vingt mois, entre 1997 et 1999, avant même d'avoir été jugé, puis condamné en 2001 à quatre ans de prison ferme pour espionnage et haute trahison. La justice l'a reconnu coupable d'avoir illégalement participé à une réunion de l'état-major de la marine afin de recueillir des informations classées secrètes et de les transmettre à des médias japonais. Il avait rendu publiques des images de déversement de déchets radioactifs liquides par la flotte russe en mer du Japon.

" Partout, des journalistes prennent des risques pour éveiller les consciences. Il faut qu'ils puissent continuer, malgré les pressions. Ce rapport vise à dénoncer l'indifférence de certaines autorités qui négligent trop facilement la protection des journalistes qui défendent le droit des citoyens à être informés sur les atteintes à l'environnement ", souligne RSF dans son rapport.

Rigory Pasko - journaliste russe

Téléchargez le rapport " Journaliste environnementaliste, un combat périlleux " et retrouvez le dans l'album " 100 photos de Nature pour la liberté de la presse ".

Emilie Villeneuve