Bioaddict



2/3 des Français jugent qu'il faut modifier nos modes de vie pour limiter le réchauffement climatique


Sommaire
1 - Modifier nos modes de vie pour limiter le réchauffement climatique
2 - Une mobilisation croissante pour limiter le réchauffement climatique
Publié Le 1 Décembre 2009 à 11h03
 
A une semaine de l'ouverture du sommet de Copenhague, 50 % des personnes interrogées par l'Ademe affirment que l'effet de serre est la cause des désordres climatiques, contre 32 % en 2001. 70 % des personnes interrogées reconnaissent par ailleurs que l'effet de serre est une certitude pour les scientifiques, contre 60 % en 2001.
L'Ademe a dévoilé hier l'analyse comparative effectuée sur 10 ans de résultats depuis la première édition lancée en juin 2000. " Cette comparaison met en évidence la forte évolution de la perception des Français du changement climatique et leur prise de conscience de l'impact des activités humaines sur l'effet de serre ", indique l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie.

En 10 ans la lutte contre l'effet de serre est devenue la première préoccupation environnementale

Et cela pour la majorité des répondants (28 % en 2009 contre 19 % en 2005), devançant depuis 2007 la lutte contre la pollution de l'eau et de l'air.

Cette évolution s'explique par une meilleure compréhension de la problématique environnementale. " Si près d'un tiers des Français ne savait donner aucune définition (juste ou non) de l'effet de serre il y a 10 ans, ils ne sont maintenant plus que 10 % ", explique l'Agence.

" Certaines contrevérités persistent : par exemple, l'attribution erronée de l'effet de serre au trou de la couche d'ozone est depuis 2002 la première des explications données par les Français (environ 25%). "

En 10 ans, les Français ont aussi pris conscience que le réchauffement climatique est lié à l'activité humaine

Même si, selon l'Ademe, ce lien reste confus.

Les Français estiment que les activités industrielles (93 %), les transports (89 %) et la destruction des forêts (90 %) sont les principales causes humaines du réchauffement climatique.

76 % des Français considèrent cependant que les bombes aérosols ont un rôle important dans le réchauffement climatique (confondant ainsi l'impact sur la couche d'ozone et celui sur le réchauffement).

" De même que les centrales nucléaires qui sont citées, sans changement depuis 10 ans, par près de 60 % des répondants ", estime l'Ademe.


Des actes quotidiens qui peuvent se révéler utiles à la lutte contre le changement du climat

D'après l'enquête, " Les Français se sont progressivement rendu compte que leur comportement quotidien avait un impact essentiel sur l'environnement ". 70 % des répondants citent le chauffage des bâtiments comme l'une des causes de l'effet de serre, contre moins de 40 % en 2000. Et 20 % des Français plébiscitent l'isolation des bâtiments contre 8 % en 2001.