Bioaddict



good news

A Paris, la chasse aux mégots de cigarette est ouverte !

Publié Le 10 Janvier 2012 à 12h04
 
En matière de pollution urbaine, la Ville de Paris a décidé de d'entamer 2012 du bon pied. Elle l'annonçait depuis septembre dernier, c'est désormais choses faite ; les jeteurs de mégots de cigarette sont désormais passibles d'amende.

Ce sera 35 euros d'amende. 35 euros pour un geste qui semble aujourd'hui anodin tant on a pris l'habitude de voir les trottoirs et chaussés parisiennes jonchés de déchets en tout genre.

315 tonnes de mégots sont ramassées chaque année par les agents de propreté de la ville. Ils ne seront désormais plus excusés mais peu de fumeurs ont pris conscience de l'existence de cette nouvelle règlementation. "Un mégot est un déchet très toxique qui met plusieurs années à se dégrader et qui peut polluer jusqu'à six litres d'eau", a souligné François Dagnaud, adjoint chargé de la propreté.

"Nous verbaliserons les jeteurs de mégots sur les trottoirs quand il y aura des éteignoirs à cigarettes partout, ce qui sera le cas dans plusieurs mois", a-t-il déclaré à l'AFP. Si la ville de Paris en a déjà installé près de 2.000 aux abords de certains lieux publics, ce nombre reste insuffisant, d'où un renforcement du dispositif d'ici 2014. Environ 15.000 appareils vont être installés, adossés aux poubelles publiques.

La Ville avait lancé en septembre sa campagne "Paris met les pollueurs à l'amende", avec pour objectif la propreté des rues et des trottoirs. En dehors de la pollution visuelle que représentent les mégots, le principal problème est celui de la contamination des eaux usées : " Cela pose en effet un gros problème de toxicité, explique François Dagnaud. Quand nous effectuons des opérations de lavage de la chaussée par exemple, ces résidus finissent dans les égouts. Or, comme ils contiennent de nombreuses substances chimiques et qu'ils se dégradent très lentement, entre cinq et dix ans en moyenne, ils s'amassent, forment des bouchons et finissent par polluer durablement l'eau" ajoute-t-il.

Espérons que les sanctions seront réellement appliquées, accompagnées d'actions pédagogiques. 

Olivia Montero