Bioaddict



Agriculture : une réduction de 30 % des pesticides serait possible


Sommaire
1 - Plan Ecophyto 2018 : moins de pesticides, c'est possible !
2 - L'agriculture française devrait-elle passer en "production intégrée" ?
Publié Le 4 Février 2010 à 11h41
 
D'après un rapport présenté par l'INRA (Étude Ecophyto R&D), la réduction de l'ordre de 30% du recours aux pesticides semble possible, sans bouleversement majeur des systèmes de production agricole. Mais l'objectif de 50% souhaité par le gouvernement impliquerait des changements profonds et des baises de production de 12 à 25% selon les cultures.

Le plan Ecophyto 2018 a été mis en place par le ministère de l'agriculture et de la pêche à la suite du Grenelle de l'environnement. Il vise à réduire de 50 % l'usage des produits phytosanitaires en agriculture à l'horizon 2018. Il s'agit à la fois de réduire l'usage de ces produits et de limiter l'impact de ceux qui resteront indispensables pour protéger les cultures des parasites, des mauvaises herbes et des maladies.

Ainsi, afin d'évaluer les possibilités techniques et les impacts économiques de la réduction de l'usage de pesticides pour les principales cultures, les ministères du développement durable et de l'agriculture ont confié à l'INRA l'organisation de l'étude Ecophyto R&D. 80 chercheurs, ingénieurs, spécialistes de " terrain " et techniciens agricoles ont été mobilisés par l'Institut national de la recherche agronomique (INRA).

Les travaux de l'étude Ecophyto R&D ont été présentés le jeudi 28 janvier 2010 par Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie, et montrent "qu'une réduction de l'ordre de 30 % du recours aux pesticides serait possible, avec des changements de pratiques substantiels, sans perte de marges pour les agriculteurs dans un contexte économique analogue à celui de l'année 2006, mais avec une diminution des volumes de production (5 % environ en moyenne)."

" Les grandes cultures joueraient un rôle majeur dans cette réduction. Pour ces filières, des réductions de l'ordre de 40 % du recours aux pesticides sans réduction de marge seraient possibles ", souligne le ministère.

L'étude met également en avant l'importance de la mise en place d'un réseau de 3000 fermes références, d'expérimentation et de démonstration, permettant d'assurer la collecte et la diffusion de données sur les systèmes agricoles à bas intrants, décidée dans le cadre du Plan Ecophyto 2018. Les efforts de recherche agronomique et d'expérimentation sur les itinéraires à bas intrants sera d'ailleurs maintenu dans les années qui viennent.

Ainsi, pour Chantal Jouanno, "l'étude Ecophyto R&D nous donne aujourd'hui des éléments pour affirmer qu'une réduction de l'utilisation de l'ordre de 30% des pesticides est possible, sans pénaliser le revenu des agriculteurs".

Le gouvernement souhaite aujourd'hui "replacer l'agronomie au coeur de l'agriculture durable et accompagner les acteurs agricoles dans cette démarche".