Bioaddict



bad news

Alimentation: le trafic de viande de cheval est de retour...

Publié Le 28 Avril 2015 à 16h00
 
Une opération anti-fraude menée par Eurojust, l'agence européenne de coordination judiciaire, dans sept pays d'Europe dont la France, a permis de démanteler un nouveau réseau de trafic de viande de cheval basé en Belgique.
L'agence européenne de coordination judiciaire Eurojust a démantelé un trafic de viande de cheval. 26 personnes ont été arrêtées vendredi 24 avril dans le sud de la France et en Europe.

Les auteurs de ce trafic ont été interpellés ce vendredi 24 avril aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et en France. 26 arrestations ont été réalisées.

Selon Eurojust, entre 2010 et 2013, 4 700 chevaux impropres à la consommation ont été abattus (en France à Marseille selon l'enquête) et introduits frauduleusement, après falsification de leurs documents, dans la chaîne alimentaire légale. Sur le seul territoire français, 400 passeports équins contenant des anomalies ont été saisis. Les services vétérinaires vont par ailleurs examiner plus de 200 chevaux découverts lors de l'opération.

Selon la Radio Télévision Belge Francophone (RTBF), "il s'agissait d'animaux de récréation, ayant parfois participé à des compétitions sportives, et qui avaient donc pu ingérer des médicaments, et notamment des antibiotiques". L'abattage de cette catégorie de chevaux pour la consommation par l'homme est formellement interdit. (Voir le reportage de la RTBF)

Cette viande de cheval a probablement été recyclée dans les produits alimentaires cuisinés.

Aucune information de traçabilité ne figure en effet sur les étiquettes des produits vendus en magasin (lasagne, hachis parmentier, moussaka, steacks hachés...). Aucun consommateur ne peut donc connaître les circuits glauques par lesquels la viande des plats préparés est passée. Mais qui achèterait les plats contenant cette viande infâme, achetée et revendue par des courtiers en bourse, rachetée par des transformateurs, qui les refilent aux grandes marques, s'il connaissait la vérité ?

20 % à 30 % de la viande serait utilisés sous forme transformée dans l'UE. Alors que les viandes fraîches sont traçables, le Conseil de l'UE avait refusé en 2012 qu'il en soit de même pour les plats préparés.

Fin janvier 2015, la commission Environnement du Parlement avait voté en faveur d'une réforme de l'étiquetage... mais aucune résolution contraignante n'a été prise. Pourquoi ? l'industrie alimentaire a jugé que la réforme de l'étiquetage aurait un coût excessif. Un argument également invoqué par la Commission européenne... " Les groupes des consommateurs sont défavorisés parce qu'ils ne peuvent faire face au poids des lobbys ! " a regretté la députée européenne britannique Glenis Willmott.

Mais n'oublions pas que le pouvoir se trouve dans le caddie des consommateurs ! Ce nouveau scandale de la fraude à la viande de cheval dans les plats préparés montre toute l'importance de choisir des produits bio pour lesquels la traçabilité est une exigence règlementaire fondamentale. Reste également la solution de devenir végétarien...

Lire : Affaire de la viande de cheval : heureusement, il y a la viande bio.

Lire : Et si vous testiez l'alimentation végétarienne ?

ME


Acceuil Biomap
Carrefour bio
29 boulevard Diderot Alimentation bio Supermarché bio Voir la fiche