Bioaddict



Cancer : une nécessaire prise en compte des causes environnementales

Publié Le 3 Février 2011 à 16h27
 
La journée mondiale contre le cancer a lieu vendredi 4 février : la question des causes environnementales sera-t-elle au coeur des préoccupations? L'incidence du cancer en France a en effet progressé entre 1980 et 2005 de + 93% chez l'homme et + 84% chez la femme dont une grande partie imputable aux causes environnementales au sens large, selon l'association Générations Futures.

Il est écrit sur le site de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), sur la page d'annonce de cette journée, que " Chaque année, l'OMS, aux côtés de l'Union internationale contre le cancer, met en avant des moyens susceptibles de faire reculer la charge de cette maladie partout dans le monde ".

Dans un communiqué daté du jeudi 3 janvier, l'association Générations futures s'insurge : " En lisant cette phrase, on s'étonne alors du peu de considération dans les politiques internationales et nationales du lien entre environnement et cancer. En effet il n'y a pas en France de volet environnemental dans le plan cancer alors qu' une meilleure protection de notre environnement et une réduction significative des pollutions diffuses contribueraient grandement à réduire " la charge " exorbitante de cette maladie."

Selon l'association, "l'incidence du cancer en France a en effet progressé entre 1980 et 2005 de + 93% chez l'homme et + 84% chez la femme (source:InVS). Le changement démographique n'explique que 41% de cette augmentation chez l'homme et 29% chez la femme. Le reste, soit une augmentation de + 52% pour l'homme et + 55% pour la femme, doit être attribué à des causes environnementales au sens large. Par environnement on entend bien sûr l'environnement naturel mais aussi notre environnement intérieur, notre environnement au travail ou encore notre alimentation, qui sont autant de facteurs d'exposition à des facteurs de risque pour de nombreuses pathologies chroniques comme les cancers. Des études sur des registres de vrais jumeaux, ou sur les changements de taux de cancer des populations migrantes montrent ainsi un lien entre de très nombreux cancer et des facteurs environnementaux. De même la croissance régulière du cancer chez l'enfant en Europe depuis 30 ans nous montre qu'il faut chercher dans notre environnement les cause de cette maladie et ne pas se cantonner à mettre en avant les seuls facteurs tabac et alcool, comme le font les académies de médecine et des sciences, dans des rapports qui ne prennent pas en compte ces réalités".

Peut-on vivre en bonne santé dans un monde malade?!

" Pour toutes ces raisons et parce que la prévention est capitale pour agir sur les causes du cancer, il est urgent de mettre la question de l'environnement au coeur de nos politiques de santé ! Ainsi nous demandons la mise en place un véritable volet environnement dans le 2° Plan Cancer, de mettre le principe de précaution au coeur du PNSE2, notamment en agissant sur les cancérigènes possibles (CMR3) et les perturbateurs endocriniens et enfin de mettre en place des actions fermes de substitution immédiate pour les substances cancérigènes, certaines ou probables, et non une simple réduction de leurs émissions. C'est le message que souhaite porter nos associations lors de cette journée de lutte contre le cancer et que nous porterons dans le cadre de notre campagne sur l'Environnement et le cancer" a ainsi déclaré François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

Afin d'alerter l'opinion publique, l'association Générations Futures (Mouvement pour le droit et le respect des générations futures) a lancé la campagne "Environnement et Cancer" en 2010. Pour cette 1ère action, elle a mené l'enquête sur les toxiques cancérogènes qui polluent nos assiettes.

Lire : Santé et alimentation : nos enfants avalent 128 résidus chimiques par jour !

En effet, au vu de l'actuelle épidémie de cancers (358 000 nouveaux cas en 2010), les questions liées à l'exposition environnementale, et notamment alimentaire, de la population à des substances soupçonnées d'être cancérigènes sont légitimes.  Espérons maintenant que les politiques en prennent (enfin) compte...

Mathilde Emery

A lire aussi : OGM : Un chercheur gagne son procès contre le lobby pro-OGM

L'exposition de la mère aux pesticides favoriserait le cancer de l'enfant

Du poison dans l'eau du robinet ?!

Le lien entre pesticides et cancers chez les agriculteurs est établi

L'aspartame, faux sucre et vrai poison ?

Yannick Chénet : décès d'un agriculteur victime des pesticides