Bioaddict



Carrotmobs : quand les consomm'acteurs s'unissent pour l'environnement

Publié Le 7 Avril 2011 à 15h31
 
Selon l'adage, pour faire avancer un âne, il faut brandir une carotte! C'est sur cette métaphore des commerçants que s'est construit le mouvement des carrotmobs, apparu pour la première fois en 2008 à San Francisco. Le principe ? En échange d'un énorme coup de pub, un magasin s'engage à investir dans du matériel écologique.
1/4

À seulement 27 ans, Brent Schulkin se lassait déjà des méthodes traditionnelles de mobilisation. Cet ancien employé de Google a donc inventé un nouveau moyen d'action où le consommateur et le commerçant sont tous deux gagnants. L'idée est très simple : organiser une journée shopping dans un magasin. Un certain pourcentage du chiffre d'affaire réalisé ce jour-là doit en échange être alloué à une résolution écologique. Par exemple, troquer son éclairage néon par des ampoules basses consommation ou encore changer les systèmes de froid du magasin. En somme : tout ce qui vise à réduire l'empreinte carbone de la boutique.

Alors que 22 carrotmobs ont déjà été réalisées aux Etats-Unis, et plus d'une douzaine en Europe, la France n'en est encore qu'à ses balbutiements. Elle accueillera une de ses premières carrotmobs à Lyon le samedi 9 avril. Organisée par deux étudiants, Eric Khun et Theo Negri, elle aura lieu dans le magasin " De l'autre côté de la rue ", situé au 75 cours de la Liberté. Il s'agit d'un magasin de produits biologiques ou bien issus du commerce équitable.

Pour aider ce magasin à faire parler de lui, ne manquez pas cette drôle d'opération écolo.
Car vous l'aurez compris, la carrotmob est l'exact opposé du boycott : plutôt que de sanctionner les entreprises peu respectueuses de l'environnement, elle permet de soutenir celles qui s'engagent dans une démarche responsable. D'aucuns verront dans cette innovation militante un certain paradoxe. Peut-on faire de la sensibilisation au développement durable en poussant à la consommation ? On peut certes douter de la symbolique mais pas des résultats en matière de sensibilisation ! Surtout quand il s'agit de petites épiceries offrant déjà des produits issus du bio ou du commerce équitable.

Nouvel " activisme consumériste positif ", la carrotmob prend à contrepied le discours ambiant sur la responsabilité sociale des entreprises, considérant que la rentabilité restera toujours la première motivation des entreprises. Les carrotmobbers préférent donc brandir la belle carotte des profits ! A l'image de la consomm'action, le mouvement privilégie la puissante voix des consommateurs qui, en s'organisant, ont la possibilité d'aider les entreprises à changer. Dans ce modèle il n'y a donc pas de perdants, pas de conflit ! Une coopération positive en quelque sorte... Convaincus ?

Plus de renseignements sur la carrotmob de Lyon : http://on.fb.me/carrotmoblyon

Et si l'envie vous prend d'organiser une carrotmob, rendez-vous sur www.carrotmob.org

Alicia Muñoz