Bioaddict



Changements climatiques : comment l'Afrique de l'Ouest sera touchée

Publié Le 7 Juillet 2011 à 11h00
 
Les pays d'Afrique de l'Ouest seront confrontés au cours des prochaines années à un risque sérieux de manque de nourriture en raison des inondations constantes qui endommagent la région et ses ressources, ont averti des experts du climat réunis à Abuja au Nigeria. D'autres conséquences des inondations, telles que les déplacements de population, les conflits portant sur la recherche de l'eau et des terres ainsi que l'infertilité des sols, risquent d'aggraver encore la situation.

Les experts en météorologie, hydrologie et risques naturels de 18 pays se sont réunis fin juin dans la capitale nigériane pour réfléchir au traitement de la situation.

Au cours des dernières années, l'Afrique de l'Ouest a connu un accroissement des inondations, dû essentiellement au changement climatique. Pour la seule année 2010, 2,2 millions de personnes ont été affectées et 500 personnes ont perdu la vie dans les inondations, selon le Centre africain de météorologie appliquée au développement (Acmad).

De graves inondations dues au changement climatique ont endommagé sérieusement l'agriculture et la production de céréales, ce qui augmente grandement les risques de manque de nourriture en Afrique de l'Ouest, a confirmé un spécialiste de l'organe de l'ONU International Strategy for Disaster Reduction (ISDR).

Le Nigeria se prépare actuellement à des pénuries de nourriture, selon l'Agence nationale des situations d'urgence (Nema) qui avertit que dans le nord, la nourriture pourrait faire défaut à environ 12 millions de personnes, soit un peu moins du 10e de la population nigériane.

Un grand nombre d'habitants touchés par les inondations de 2010 en Afrique de l'Ouest sont toujours aux prises avec un manque de nourriture.

Des familles pauvres souffrent toujours des effets persistants de la crise alimentaire de l'année dernière et des inondations de cette année dans le nord du Nigeria, le Nord-Ouest et l'Est du Tchad, le Nord-Est du Burkina-Faso, le Niger et le Bénin, selon le rapport 2010 de FEWSNET (Famine Early Warning Systems Network), réseau de prévention des crises alimentaires.

Les inondations dans la sous-région sont plus nombreuses et plus abondantes, conduisant à des pertes humaines, matérielles et environnementales importantes, a noté Andrea Diop de la communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Le déplacement de populations crée des conflits sur les ressources en eau et les terres entre les populations déplacées et celles qui les reçoivent (...), ce qui affecte le volume de la production céréalière et compromet l'élevage, a indiqué un spécialiste des changements climatiques en Afrique de l'Acmad.

Lire : Réfugiés climatiques : les mouvements de population s'accélèrent

Les conflits entre fermiers et nomades sur les zones de pâturages et les points d'eau sont fréquents et perturbent les activités agricoles. Le dérèglement de l'activité agricole dans le nord du Nigeria pourrait avoir des conséquences graves sur l'approvisionnement de la région. Or, le Nigeria est le grenier de l'Afrique de l'Ouest. Le marché aux céréales de Dawanau à Kano, dans le nord du Nigeria, est le plus grand marché de la sous-région approvisionnant au moins cinq pays pendant l'intersaison: le Niger, le Tchad, le Cameroun, le Mali et la République centrafricaine, selon les responsables de ce marché.

CATastrophes NATurelles.net, partenaire de bioaddict.fr