Bioaddict



Comment nos emails ont-ils un impact négatif sur la planète ?

Publié Le 8 Juillet 2011 à 11h50
 
On s'imagine souvent que les nouvelles technologies sont plus respectueuses de l'environnement et qu'il vaut mieux dépendre de ses emails ou de la toile plutôt que d'avoir recours à son téléphone ou aux bons vieux courriers. Attention, une récente étude montre que ces idées reçues ne sont pas toujours vraies !

Eh oui, envoyer un courriel, utiliser sa clé USB ou faire une recherche sur Internet peut aussi avoir un impact négatif sur la planète. C'est ce qu'affirme une étude réalisée par le cabinet d'étude BIOIS et diffusée par l'Agence de l'environnement et la maîtrise de l'énergie (Ademe).

Comment ces gestes qui semblent aujourd'hui anodins peuvent-ils avoir un impact plus néfaste que les tirages papier ou les allées et venues de votre facteur ? C'est simple : la conception et l'utilisation quotidienne d'un ordinateur émettent du CO2, nécessitent la consommation de certains métaux rares et peuvent contribuer à l'épuisement des ressources fossiles. Tout cela par l'entremise de l'énergie qui alimente votre Mac ou votre PC. C'est magique ? Non c'est logique ! Et cela remet en cause de nombreux présupposés, tels que l'habituelle phrase de fin d'email qui vous invite à limiter vos impressions.

Les chiffres de l'étude tiennent compte des bilans environnementaux à la fois de l'ordinateur de l'émetteur du message, celui du récepteur, des centres serveurs et de stockage et autres relais entrant en compte. "Cela inclut par exemple l'impact de l'énergie au charbon utilisée en Chine où sont produits la plupart de nos ordinateurs", précise Alain Anglade de la division usage des équipements électroniques de l'Ademe.

Ainsi, on y apprend que le simple fait de mettre 10 autres destinataires en copie du courriel va multiplier par quatre l'impact en termes d'émissions ! Cela s'explique simplement par le nombre plus grand de lecteurs et par conséquent, une consommation d'énergie plus importante.

Mais que les geeks et les professionnels se rassurent et ne se culpabilisent pas inutilement, tous ces impacts peuvent être réduits en quelques clics !

 

Les préconisations de l'Ademe

Selon l'Ademe, diminuer de 10 % le taux d'impression des courriels reçus par les employés d'une entreprise type de 100 salariés permet d'économiser 5 tonnes équivalent CO2 sur un an. Quand on sait que cela correspond quasiment à 5 allers-retours New-York/Paris, on se dit que l'effort en vaut la peine !

Parmi les trucs et astuces qui vous permettront de faire ces économies de papier : le réglage de votre imprimante par défaut en mode noir et blanc, recto/verso et 2 pages par face. Cela vous permet de diviser par 3 les émissions de gaz à effet de serre.

De même, réduire ne serait-ce que de 10% l'envoi de courriels permettrait, dans la même entreprise type de 100 salariés, un gain d'environ 1 tonne d'équivalent CO2 sur un an, soit autant que les émissions d'un vol aller-retour Paris/New-York.

Si le temps de lecture n'excède pas 2 à 3 minutes par page, il apparaît que la lecture à l'écran a moins d'impact sur le potentiel de réchauffement climatique que l'impression. Attention toutefois : au-delà de ces quelques minutes, l'impression aura moins d'impact sur l'environnement !

Mieux cibler les recherches avec un mot clé précis permettrait également à chaque internaute de réduire les émissions de CO2 de son ordinateur.

Enfin, l'Ademe conseille d'opter pour un ordinateur certifié par l'écolabel européen ou Energy Star. Soyez également attentif à la fin de vie de vos équipements électroniques : le dépôt en déchèterie ou le retour en magasin sont deux options possibles.

Alicia Munoz

En savoir plus sur le site de l'Ademe.