Pollution Ministère de l’Ecologie Grenelle de l'environnement

Conférence Environnementale : comment mieux protéger le littoral et les océans

Le réseau international "Surfrider Foundation Europe", qui oeuvre pour la protection des océans, participera les 20 et 21 septembre prochains à la seconde Conférence Environnementale qui se tiendra à Paris au palais IENA. Les débats de cette conférence aboutiront à l'élaboration d'une " feuille de route " qui établira la politique environnementale à suivre par la France en 2014. Voici plusieurs propositions pour protéger le littoral et les océans.

Lors de cette seconde Conférence Environnementale, au côté de 500 participants et ministres, l'ONG Surfrider portera ses revendications en lien avec chacune des 5 thématiques qui seront traitées : Economie circulaire, Emplois et transition écologique, Politique de l'eau, Biodiversité marine, Mers et océans et Education à l'environnement et au développement durable.

Economie circulaire : Réduisons notre empreinte plastique !

70% à 80% des déchets présents dans le milieu aquatiques sont des déchets plastiques. Symbole de notre société de consommation, les sacs plastiques ont une durée d'utilisation de quelques minutes et une durée de vie dans l'environnement comprise entre un et quatre siècles ! Surfrider propose ainsi d'interdire les sacs plastiques à usage unique dans les commerces en 2014, de favoriser l'éco-conception via une TVA à taux réduit pour promouvoir un cercle vertueux et de réduire les prélèvements sur les matières premières non renouvelables.

"Le modèle actuel " extraire, produire, consommer, jeter " a montré ses limites et doit être entièrement reconsidéré. Nous devons nous orienter vers un nouveau modèle économique de production (éco-conception, amélioration de la productivité matière, seconde vie des produits, recyclage, réduction des pertes, du gaspillage et des déchets ultimes). Ce système vertueux, conduira de facto à une réduction des déchets marins s'il est accompagné de mesures de prévention en amont et d'actions de sensibilisation et d'éducation" précise Surfrider.

Emplois et transition écologique : Des emplois d'avenir

Surfrider souhaite que le gouvernement oriente le contrat de génération vers des métiers de la transition écologique qui représentent "une opportunité d'emploi pour l'avenir et sensibilisent les jeunes à ces métiers". L'ONG propose notamment de lancer une réflexion sur le statut de bénévole et la professionnalisation de son parcours. Pour favoriser les "emplois verts", elle propose également que soient mieux identifiées les bonnes pratiques en matière de collecte des déchets et propose "d'identifier les opportunités locales d'insertion ou de ré-insertion professionnelle par l'activité économique dans le secteur des déchets aquatiques en particulier".

Politique de l'eau : Pour des eaux saines

Pour Surfrider il est nécessaire de mieux évaluer la qualité des eaux de baignade et de prévenir les pollutions à la source afin de préserver la santé des baigneurs et des pratiquants d'activités nautiques. Pour cela, l'ONG propose de les informer en établissant une signalétique claire et harmonisée pour les pollutions avérées et suspectées.

Campagne pour l'ONG Surfrider

"A terre, des études sont menées pour évaluer l'exposition des humains/consommateurs à des polluants chimique dans leur vie quotidienne (bisphénol A, PCB). En revanche, il faut constater qu'il n'existe aucune étude évaluant l'exposition humaine à un risque sanitaire en milieu marin dû à la présence de substances chimiques. Or les pratiquants d'activités nautiques sont en contact fréquent et répété avec certains milieux marins contaminés et ce tout au long de l'année. Surfrider souhaite que le gouvernement saisisse l'ANSES d'une étude épidémiologique sur l'impact sanitaire de l'eau sur les pratiquants d'activités nautiques et baigneurs en métropole et Outre-mer, rendue au plus tard en 2015."

Biodiversité marine : Une cause internationale

Afin de mettre tout en oeuvre pour parvenir à un bon état écologique des eaux marines et pour préserver sa biodiversité Surfrider demande à l'Etat français de s'engager dès maintenant à réduire les déchets en milieu marin (colonne d'eau et fonds marins) et littoral de 50% sur une génération. L'ONG préconise également que les navires s'équipent d'un système
de traitement des eaux de ballast afin de réduire au minimum le transfert d'organismes aquatiques nuisibles et d'agents pathogènes dans le milieu marin.

Education à l'environnement et au développement durable : Moderne

L'éducation à l'environnement et au développement durable (EEDD) est une des clés de la transition écologique et de l'évolution de nos comportements. Surfrider propose d'intégrer un dispositif de découverte EEDD dans toutes les sphères de la société (en entreprise, en milieu scolaire,...) : par exemple 1 heure par an obligatoire dédiée au DD dans le cadre de la semaine du développement durable, des journées de la mer, de la journée mondiale des océans, de l'environnement,... en alliant ces découvertes avec d'autres pratiques (sports,...). "Il faut faciliter pour les écoles, lycées et universités les possibilités de s'investir dans des chantiers de découverte, de rencontre en activant et renforçant les sorties, les classes vertes ou encore les activités sportives,... Il est impératif de sortir l'EEDD des classes pour vivre au plus près l'environnement" explique l'ONG.

Lire le rapport de Surfrider : "Mers, océans et usagers :26 propositions au coeur de la Conférence Environnementale"

Retrouvez plus d'infos sur le site www.surfrider.eu

Stella Giani

Info +

Surfrider Foundation est un réseau mondial d'associations régionales et de représentations locales présentes sur tous les continents (USA, Europe, Japon, Australie, Amérique Latine...), le mouvement naissant en 1984 à Malibu, Californie, où des surfeurs souhaitaient protéger leur spot de la pollution locale.

Surfrider Foundation Europe, fût créée en 1990 à Biarritz à l'initiative de surfeurs, dont Tom Curren, triple champion du monde. Elle rassemble aujourd'hui un réseau de près de 10 000 adhérents, de 36 antennes locales, et plus de 110 000 sympathisants en Europe.