Bioaddict



Conseils pratiques pour cultiver son jardin bio sans pesticides

Publié Le 15 Mars 2013 à 15h00
 
Le ministère de l'Ecologie a relancé sa Campagne Nationale de sensibilisation 2012-2013 pour inciter les jardiniers amateurs à ne plus utiliser les pesticides et donne des conseils pratiques pour les éviter.

La France est le premier pays européen consommateur de pesticides. En 2012, 63 700 tonnes ont été utilisées. Mais si les agriculteurs en sont les premiers utilisateurs (95%), les 17 millions de jardiniers amateurs français sont aussi concernés. Les usages non agricoles, qui représentent 3% des usages, leur sont en effet imputables, les 2% restant incombant à l'entretien des voies de transports et des espaces verts (parcs, jardins publics, cimetières). 98% des jardiniers amateurs ont bien conscience de la dangerosité des pesticides, mais seulement un sur deux ne fait pas le lien entre les produits qu'il utilise et les pesticides.

Jardiner sans pesticides de synthèse dangereux pour la santé et l'environnement c'est pourtant possible, ça coûte moins cher, et c'est indispensable. Alors que faire en pratique ?

Bien préparer la terre de son jardin et préserver la bonne santé de sa biodiversité est la première règle d'or. En outre, au lieu de combattre les parasites et les maladies une fois qu'ils menacent les plantes du jardin, mieux vaut éviter leur installation et leur développement. Pour cela il faut bien connaître l'environnement de son jardin (climat, exposition...) et la nature du sol qui joue un rôle fondamental sur le comportement et la santé des plantes ; choisir des variétés de plantes le plus possible locales ; bien les implanter dans le jardin en fonction de l'exposition à la lumière ; favoriser la biodiversité en préservant les auxiliaires biologiques : araignées, coccinelles, hérissons, crapauds, grenouilles, oiseaux... qui sont des alliés naturels du jardinier ; varier les cultures et leurs implantations chaque année afin de rompre le cycle de reproduction et de développement des parasites ; bien entretenir le sol et le nourrir avec des engrais naturels ; et bien arroser , mais sans excès afin de ne pas favoriser le développement des maladies.

Si malgré toutes vos précautions en amont des parasites s'installent dans votre jardin le recours à des méthodes naturelles peut suffire à les éradiquer : désherbage manuel, élimination manuelle des chenilles, section des premières branches infectées ; mise en place de voiles anti-insectes , de filets de protection contre les oiseaux...

Et si cela ne suffit toujours pas il ne faut pas se jeter sur les pesticides chimiques de synthèse mais choisir des pesticides naturels, labellisés agriculture biologique (AB), et portant la mention Emploi autorisé dans les jardins (EAJ).

Le ministère de l'Ecologie a mis en place un site dédié www.jardiner-autrement.fr animé par la Société Nationale d'Horticulture de France. Ce site fourmille de précieux conseils pratiques avec des indications très précises sur les insectes qui attaquent chacune des plantes potagères et chaque arbre fruitier, les signes des maladies pouvant atteindre chaque plante et chaque arbre, et les produits biologiques les plus efficaces pour les traiter. Le site propose également un forum qui vous permettra d'avoir un avis d'expert sur toutes les questions de jardinage que vous pouvez vous poser.

Mathilde Emery