énergie

Consommer du gaz renouvelable ?

Qualifier le gaz naturel d'énergie renouvelable, voila de quoi semer le trouble dans l'esprit du consommateur qui associe le gaz naturel à une énergie fossile émettrice de dioxyde de carbone! Et pourtant, l'appellation "gaz naturel" recouvre effectivement deux réalités bien distinctes, dont l'une permet de produire une énergie renouvelable.

Définition du biogaz

L'appellation "gaz naturel" renvoie en général au gaz naturel fossile qui est extrait des gisements d'hydrocarbures et dont la combustion dégage des gaz à effets de serre. A l'inverse, le biogaz ou gaz naturel "frais" se produit spontanément, par fermentation de biodéchets (fumier, ordures ménagères biodégradables etc) dans des décharges. Des procédés industriels comme la méthanisation permettent également de provoquer cette fermentation dans des digesteurs afin de récupérer l'énergie ainsi produite.

Ce gaz naturel renouvelable méconnu peut en effet être valorisé de différentes façons. Ainsi, il peut notamment servir de carburant pour une cogénération classique. Brûlé, le biogaz est alors valorisé sous forme de chaleur et/ou d'électricité. Selon l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), un système de cogénération permet ainsi de valoriser 35% de l'énergie primaire du biogaz sous forme d'électricité, et jusqu'à 85% du total en tenant compte de la récupération totale de la chaleur produite par le module de cogénération.

En 2011, le site cairn.info évaluait ainsi à 0,4% de la consommation totale de gaz la production d'électricité et de chaleur par le biogaz, dont la plus grande partie provient du biogaz de décharge. La récupération du biogaz produit dans les décharges est d'autant plus intéressant que le biogaz formé par fermentation spontanée dégage du méthane, qui est un gaz à effet de serre bien plus puissant que le C02 produit par sa combustion.

Des offres de gaz écoresponsables

Depuis 2011, le gaz "vert" peut également être valorisé en étant injecté, après épuration, dans le réseau de distribution de gaz français. Si aucune offre de gaz renouvelable n'a encore vu le jour, néanmoins les consommateurs soucieux de la préservation de l'environnement peuvent opter pour des offres de gaz écoresponsables.

En effet, certains fournisseurs comme GDF Suez ou Eni ont fait le choix de proposer des offres de gaz dites "compensées carbones". Ces offre intègrent directement dans leur prix l'achat de crédits carbones qui viennent compenser les émissions de C02 liées à la consommation de gaz. Ainsi, si vous continuez à consommer du gaz fossile, en parallèle vous compensez vos émissions de dioxyde de carbone car votre fournisseur s'engage à reverser une partie de votre facture dans des projets de réduction des gaz à effet de serre (soutien des énergies renouvelables etc).

Un tarif de rachat

Pour soutenir le développement de ce gaz renouvelable, le principal dispositif mis en place en France réside dans l'obligation d'achat de l'article L314-1 du Code de l'énergie. Ainsi, tout producteur d'électricité renouvelable peut demander à EDF ou à une entreprise locale de distribution d'acheter sa production d'électricité, à un prix déterminé par l'Etat.

Dans le cadre des dispositifs de soutien du gouvernement à la méthanisation, un arrêté du 19 mai 2011 est venu considérablement revaloriser ce tarif d'achat pour la production électrique à partir de biogaz. La revalorisation s'élève ainsi à 20% en moyenne (primes comprises), ce qui représente une augmentation de près de 1% de la facture d'électricité des consommateurs à l'horizon 2020 d'après les estimations du gouvernement.

L'Etat espère ainsi qu'une centaine de projets de méthanisation verront le jour chaque année, ce qui permettrait d'atteindre les objectifs ambitieux du Grenelle: une puissance électrique installée de méthanisation de 525 MW en 2020 (fin juin 2010 elle s'élevait à 164,8 MW selon les chiffres d'EurObserv'ER).

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site de selectra.info

publi-redactionnel