copenhague changements climatiques

Copenhague : échec et consternation

Sommaire de cet article :

  1. Copenhague : échec et consternation
  2. Le pire des accords
  3. Le seul point positif : la mobilisation des peuples pour le climat
Le Sommet de Copenhague s'est finalement conclu par un échec après deux semaines de négociations. La consternation est mondiale.

Et voilà, le Sommet  de Copenhague sur le réchauffement climatique s'est achevé hier. Verdict? Echec!

La reprise en main des négociations, par Nicolas Sarkozy et Luis Inacio Lula da Silva, le Président brésilien, nous avait pourtant redonné espoir...

Mais l'Accord de Copenhague ne se conclut finalement que par une entente opérationnelle qui tient en deux pages et demi et fixe comme objectifs de limiter le réchauffement planétaire à deux degrés par rapport aux niveaux pré-industriels et d'offrir la perspective de 100 milliards de dollars d'aide annuelle aux pays pauvres à partir de 2020.

www.greenpeace.org

Le texte ne reprend ni l'objectif global de réduction des émissions de CO2 de 50% d'ici 2050, ni l'idée d'une Organisation mondiale de l'Environnement, deux idées défendues par l'Europe. La conclusion d'un accord complet, avec objectifs chiffrés et adoption d'un traité international, est renvoyée à la prochaine conférence internationale sur le climat dans un an à Mexico.

"Les coupables se sont vite enfuis en avion, chez eux, la honte au front", a réagi Greenpeace dans un communiqué.

Le compromis conclu à Copenhague "pour sauver la face" est ainsi loin de satisfaire les pays pauvres et les défenseurs de l'environnement. Et les réactions de colère et de consternation se font entendre partout.