Bioaddict



Des grandes maisons de couture renoncent à la production de "jeans tueurs"

Publié Le 3 Août 2011 à 18h00
 
Après Benetton, C&A ou encore Gucci, la marque de prêt-à-porter italienne Versace vient de s'engager à ne pas pratiquer le sablage pour user les jeans, cette technique étant potentiellement mortelle pour les salariés.

"Après une vérification qui a confirmé, comme déjà indiqué l'an dernier, qu'aucun fournisseur n'utilisait la technique de sablage des jeans, Versace a décidé d'agir de façon encore plus proactive en s'unissant aux leaders du secteur qui soutiennent l'élimination du sablage", a indiqué le groupe dans un communiqué.

La marque italienne a ainsi renoncé au sablage des jeans, une technique qui consiste à donner aux pantalons un aspect faussement usé. Ce que le consommateur ignore, c'est que le "style délavé" a des conséquences sanitaires désastreuses.

En plus d'être un vêtement particulièrement consommateur en eau, en pesticides et en énergie, le bluejean délavé requiert l'utilisation d'un grand nombre de produits chimiques pour un look "vintage." Ainsi, bon nombre de sociétés étrangères utilisent la technique du sablage qui consiste à projeter du sable à haute pression sur les jeans, libèrant une substance toxique, la silice cristalline alvéolaire, qui expose les travailleurs qui l'inhalent à la silicose. "A un stade avancé, cette maladie pulmonaire incurable devient invalidante, voire mortelle : en Turquie, 47 décès d'ouvriers de la confection, atteints après seulement 6 mois d'exposition, lui sont directement attribués. Dans ce pays, 5 000 ouvriers sont potentiellement concernés sur les 10 000 sableurs estimés", explique l'alliance "Clean Clothes Campaign" (CCC).

Pour alerter le consommateur sur ce fléau sanitaire, le collectif CCC, qui rassemble ONG et syndicats du textile, intervient auprès des grandes marques de prêt-à-porter. CCC est ainsi parvenu à récolter la signature de 1.200 personnes dans le but d'inciter Versace à bannir cette pratique.

Pour Dominique Muller, une porte-parole de la campagne CCC, l'interdiction du sablage par Versace est une "bonne nouvelle". Mais dans une interview accordée à The Independent, un quotidien anglais, elle demande à ce que " Versace et toutes les autres compagnies qui rejoignent la campagne soient le plus transparentes possible et qu'elles expliquent clairement comment elles vont faire appliquer cette interdiction."

Interdit en Europe depuis 1966, le sablage des jeans est encore pratiqué dans de nombreuses autres régions du monde, notamment en Chine, au Pakistan, au Bangladesh ou jusqu'à récemment en Turquie.

"En Italie, les ateliers clandestins sont très nombreux et il est donc hautement probable que le sablage puisse être effectué sans respecter les conditions de sécurité", a déclaré à l'AFP Deborah Lucchetti, coordinatrice de la campagne CCC en Italie.

La décision de Versace est donc un pas en avant vers un mode de production plus humain et respectueux de l'environnement. D'autres marques ont également sauté le pas : Benetton, Bestseller, Burberry, C&A, Carrera Jeans, Charles Vögele, Esprit, Gucci, H&M, Levi-Strauss & Co., Mango, Metro , New Look, Pepe Jeans et Replay.

Alicia Muñoz

 

voir les sources de l'infos