Bioaddict



Dieselgate : Mercedes accusée à son tour de tricher sur la pollution émise par ses moteurs diesel

Publié Le 12 Juin 2018 à 16h48
 
Après Volkswagen et Audi, la marque Mercedes vient d'être accusée de truquer certains de ses moteurs diesel en installant des logiciels destinés à diminuer faussement l'émission d'oxydes d'azote et des particules fines très toxiques pour la santé.
Le ministère allemand des Transports a ordonné lundi 11 juin le rappel immédiat à travers l'Europe de 774.000 Mercedes, des véhicules équipés de logiciels capables de fausser les niveaux d'émissions polluantes. Les modèles principalement concernés sont les fourgons Mercedes Vito et les SUV classe GLC et C.

 

Depuis que le scandale du Dieselgate a éclaté en septembre 2015, après la découverte de logiciels conçus pour faire baisser faussement les niveaux réels d'émission d'oxydes d'azote (NOx ) et de particules fines, très toxiques pour notre santé, des enquêtes ont été lancées pour savoir si d'autres marques avaient aussi triché. La marque Audi a ainsi été épinglée et aujourd'hui c'est la marque Mercedes qui est concernée.

Le Gouvernement allemand vient ainsi de demander à Daimler, propriétaire de Mercedes, de rappeler sans délai quelque 774 000 véhicules soupçonnés d'être équipés de logiciels truqueurs. Sont concernés deux modèles de la marque : les camionnettes Vito et les SUV classe GLC et C.

La direction de Mercedes a assuré que les logiciels truqueurs allaient être supprimés sur ces véhicules. Mais cela ne changera en rien les taux d'émissions réels de produits toxiques par ces moteurs diesel. C'est la destruction pure et simple de ces véhicules, ou tout au moins de leurs moteurs, qu'il faudrait programmer.

Les particules fines sont en effet un facteur de risque potentiel, direct ou indirect, aujourd'hui bien connu et reconnu de maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral...), de maladies respiratoires (asthme, bronchites chroniques,) de maladies pulmonaires (cancer du poumon), et de maladies neurologiques (Maladie d'Alzheimer).

Quant aux oxydes d'azote (NOx), qui comprennent le monoxyde d'azote (NO) et le dioxyde d'azote (N02), ils représentent aussi un facteur de risque de maladies respiratoires et cardiovasculaires. Et seraient responsables de l'augmentation de la mortalité pendant les épisodes de pollution.

Hervé de Malières