alimentation lois

Dossier spécial alimentation et produits bio : ce que garantit le logo bio européen

Sommaire de cet article :

  1. Sur l'emballage des produits, la garantie des filières bio
  2. Quelles garanties de la production à la transformation ?
  3. Quelles règles pour les productions végétales bio ?
  4. Quelles règles pour l'élevage bio ?
  5. Quelles règles pour l'aquaculture bio ?
  6. Quels contrôles pour la transformation des matières premières bio ?
  7. Comment sont contrôlés les produits bio ?
  8. Quelles sont les règles pour la conversion des cultures et des élevages en bio ?
  9. La bio dans l'union européenne : une réglementation harmonisée

La nouvelle réglementation européenne est entrée en vigueur dans les pays membres depuis le 1er janvier 2009. Elle vise notamment à offrir une meilleure lisibilité au consommateur, à renforcer le processus d'harmonisation entre les Etats membres et à faciliter l'identification de l'origine des produits.

Cette nouvelle réglementation maintient les fondamentaux de la Bio, liés aux principes d'interdiction d'utilisation de produits chimiques de synthèse, d'OGM et de dérivés d'OGM et de traitements ionisants.

A lire aussi : Les aliments irradiés sont- ils dangereux pour la santé ?

Harmonisation des normes et transparence pour le consommateur

Un nouveau pas a ainsi été franchi pour harmoniser et étendre les normes au plan européen, rendant le système plus transparent pour les consommateurs.

Dans tous les domaines concernés par la réglementation européenne, les cahiers des charges nationaux, encore applicables pour les produits animaux, sont abrogés depuis le 1er janvier 2009. C'est le cas du cahier des charges français qui subsiste cependant pour les produits non couverts, ou pas encore, par la réglementation européenne, à savoir :

- les lapins,
- les escargots,
- les autruches,
- les aliments pour animaux de compagnie.

Par ailleurs, les Etats membres ont la possibilité de fixer des règles nationales dans les domaines non couverts par la réglementation communautaire, comme la restauration collective.

Lire : La bio en restauration collective

Des cahiers des charges privés peuvent toujours s'appliquer mais doivent respecter au minimum les règles européennes en vigueur (certification selon la réglementation européenne) pour pouvoir faire référence au terme bio ou biologique.

Les produits bio ont un succès grandissant auprès des Français depuis plusieurs années. 46% d'entre eux ont consommé au moins un produit bio au moins une fois par mois durant l'année 2009 (Baromètre CSA/Agence BIO 2009). Ils étaient 44% en 2008 et 42% en 2007. Contribuant à la protection de l'environnement, du bien-être animal et au développement rural, les produits bio répondent ainsi aux nouvelles attentes des consommateurs. Le logo bio européen est aujour'hui le gage d'une réglementation rigoureuses de ces produits.

Stella Giani

Info +

 

Officiellement reconnue par les Pouvoirs publics français depuis la loi d'orientation agricole de 1980, l'agriculture biologique a fait l'objet de cahiers des charges nationaux avant d'être régie au plan européen (règlement (CEE) n°2091/92 du Conseil du 24 juin 1991).

Depuis le 1er janvier 2009, les opérateurs bio européens disposent d'une nouvelle réglementation harmonisée (règlement cadre (CE) n°834/2007 du Conseil du 28 juin 2007 et règlement d'application (CE) n°889/2008 de la Commission du 5 septembre 2008).

Les textes complets ainsi que des guides de lecture sont disponibles sur :
- le site de l'Agence Bio (www.agencebio.org);
- le site du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche
(www.agriculture.gouv.fr) ;
- le site de l'INAO (www.inao.gouv.fr).

Source:

www.agencebio.org

www.agriculture.gouv.fr

www.organic-farming.europa.eu