énergie éco-habitat

Économies d'énergie : cet hiver, de quel bois vous chauffez-vous ?

Sommaire de cet article :

  1. Économies d'énergie : cet hiver, de quel bois vous chauffez-vous ?
  2. Conseils écolos pour mieux se chauffer en hiver

- La meilleure des économies d'énergie est bien-sûr une parfaite isolation de l'habitation, du sol à la toiture. Une bonne isolation évite le refroidissement des murs et diminue donc la condensation intérieure. L'isolation extérieure des murs est très performante et permet de supprimer les ponts thermiques. Faire poser des doubles ou triples vitrages limite également les pertes de chaleur.

- Si votre chaudière a plus de 20 ans, changez-là ! Cette mesure permet d'économiser au moins 15 % de la consommation de chauffage, et jusqu'à 30 ou 40 % en optant pour un modèle " à condensation " (ou "basse température" si la condensation n'est pas possible). Troquer sa vieille chaudière par un nouveau modèle permet de moins polluer et de d'émettre moins de gaz à effet de serre en raison des nouvelles règlementations. D'après l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), " En France, le remplacement de toutes les chaudières qui ont plus de 20 ans économiserait le rejet de plus de 7 millions de tonnes de CO2."

- Moderniser son installation par la régulation automatique et un système de programmation permet d'éviter le gaspillage et d'accéder à un confort certain. La régulation permet de maintenir la température ambiante à une valeur choisie (la température de consigne) en prenant en compte les évolutions de la température extérieure et les apports gratuits de chaleur (soleil, appareils de cuisson, etc.). Des thermostats adaptés à tous types de chauffages (planchers chauffants, électriques...) et à chaque pièce de la maison existent.

- L'énergie solaire est de loin l'alternative la plus durable. Son utilisation (hors énergie d'appoint) ne génère pas de pollution ni de rejet de gaz à effet de serre et permet d'éviter le recours à l'énergie nucléaire. Grâce à des capteurs solaires thermiques posés sur le toit, cette énergie peut-être transformée en chauffage. Il existe principalement deux types de système de chauffage solaire : le chauffe-eau solaire individuel (CESI) et le système solaire combiné (SSC). Le SSC permet un chauffage à la fois de l'eau sanitaire et de l'habitat. Cependant, sous nos latitudes, il est recommandé de conserver une chaudière classique pour prendre le relais en cas de besoin. Les chauffages à énergie solaire est la solution la plus écologique mais aussi la plus coûteuse, et ce, malgré les aides de l'Etat, dans le cadre du " Plan Soleil " mis en place par l'ADEME.

- Le bois est un combustible abondant et son prix attractif en fait de loin l'alternative la plus simple. Différents types d'installations existent (poêle, chaudière, cheminée à foyer insert ou fermé), tout comme les formes de combustibles (bûches, granulés, plaquettes...). Ses principales contraintes sont une difficile régulation de la température et la place nécessaire au stockage du bois (abri, silo). Toutefois, de réels progrès ont été réalisés sur les équipements manuels et automatiques pour diminuer les rejets polluants. Si bien que le bois est considéré comme une énergie neutre en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre. En effet, si le bois rejette du CO2 au moment de sa combustion, cette quantité équivaut à celle qu'il stocke lors de la croissance de l'arbre. 1.000 tonnes de bois consommées = 250 tonnes de fioul économisées

- Enfin, la chaleur stockée dans le sol, les nappes phréatiques et l'air peut également être captée et valorisée à l'aide d'une pompe à chaleur électrique. Il en existe 2 types : à capteurs verticaux et à capteur horizontaux. L'installation d'une pompe à chaleur géothermique à capteurs horizontaux requière cependant une surface habitable minimum et un climat doux de préférence. Un autre inconvénient réside dans le coût d'une telle installation, mais celui-ci est vite amorti par le gain lié à la consommation et l'accès au crédit d'impôt.

Alicia Muñoz

Info +

Chauffage bio ou pas bio ?

Le chauffage au bois de manière générale, et le chauffage au granulé de bois en particulier, sont parfois qualifiés de bio. Ainsi, lorsque l'on parle de chauffage bio, on fait souvent référence aux poêles à granulés. Si tant est que le qualificatif de " bio " puisse être attribué à un mode de chauffage, cette appellation est due au fait que ce combustible est effectivement produit de manière naturelle. Reste toutefois à s'assurer que le granulé a été produit localement, et que la production de granulés ne fasse pas appel à des sources d'énergie polluante (certaines unités de granulation utilisent du charbon pour déshydrater le bois et produire la vapeur nécessaire). Jamais trop à l'abri du "greenwashing", il est donc indispensable de garder son esprit critique quand il s'agit de choisir parmi ces alternatives parfois abusivement qualifiées de bio.

Sources: Pour plus de renseignements :
www.econo-ecolo.org
ecocitoyens.ademe.fr