énergie

Énergie éolienne : le " mitage " va pouvoir continuer

Dans le cadre du débat parlementaire portant sur la loi Grenelle 2, les députés n'ont pas retenu une mesure qui visait à imposer le regroupement des éoliennes pour éviter de défigurer le paysage. L'économie l'emporte une nouvelle fois sur l'écologie.

Les débats préalables à la loi Grenelle 1 votée en 2007 avaient clairement fait apparaître que la France était très en retard concernant le développement des énergies renouvelables, en particulier l'énergie éolienne. Ce retard s'expliquant en grande partie par le fait que la France dispose d'une abondante énergie nucléaire. Le Gouvernement avait donc décidé d'encourager l'implantation rapide de l'énergie éolienne afin que cette énergie parvienne à fournir au moins 10% des besoins de la France à l'horizon 2020 (elle n'en fournit actuellement qu'à peine 2%).

Des aides fiscales et subventions multiples, le rachat à un prix élevé de l'électricité générée par les éoliennes, ont très rapidement encouragé entreprises et gros agriculteurs cherchant à se diversifier, à investir dans ce nouvel eldorado.

Et ce qui devait arriva : en l'absence d'une réglementation précise et contraignante l'implantation des éoliennes s'est faite de façon plus ou moins anarchique, bien souvent contre l'avis des responsables politiques régionaux, et des populations directement concernées. C'est ainsi que notre belle campagne a vu fleurir depuis 3 ans plus de 2500 éoliennes disséminées dans les champs.

Et pour atteindre l'objectif fixé par le Gouvernement, plus de 7500 nouvelles éoliennes vont être implantées d'ici 2020, soit au minimum 500 à 600 par an .

Un groupe parlementaire conduit par le député Patrick Ollier avait donc proposé que les éoliennes soient concentrées dans des parcs d'au moins 15 Mgw, pour regrouper 10 à 15 éoliennes par parc afin de " rendre le développement de l'éolien acceptable ".

Malheureusement les députés n'ont pas voté cette contrainte, pour des raisons économiques, car, si elle avait été retenue, beaucoup de projets en cours devraient être abandonnés. Ils n'ont validé que l'obligation d'un regroupement minimum de 5 éoliennes par site, ce qui bien entendu n'est pas suffisant pour éviter l'éparpillement des éoliennes dans la campagne.

[media]

Nous allons donc continuer à voir les nouvelles éoliennes miter notre paysage.

Points positifs

Heureusement les éoliennes ne pourront plus être installées quasiment sous nos fenêtres comme c'est bien souvent le cas aujourd'hui : une distance minimum de 500 mètres devra être respectée entre les mâts et les habitations. Mais pour les riverains concernés cette distance est encore loin d'être suffisante.
En outre un simple permis de construire ne suffira plus pour les implanter. La construction des éoliennes sera désormais soumise au régime des installations classées au même titre que des sites industriels présentant des risques.

Hervé de Malières

A lire aussi : Énergie éolienne : Jean-Louis Borloo se tourne vers la mer