Bioaddict



good news

Gestion du littoral : 4 propositions pour lutter contre l'érosion côtière

Publié Le 8 Novembre 2011 à 11h40
 
Une nouvelle stratégie de gestion du littoral vient d'être remise au ministère de l'Ecologie. Conformément aux engagements du Grenelle de la mer, elle comporte une feuille de route nationale en matière de lutte contre l'érosion côtière et le recul du trait de côte, limite entre la terre et la mer.

Les zones côtières sont des zones de pression démographique, économique et écologique et l'érosion côtière, qui risque de s'accélérer avec le réchauffement climatique, constitue un risque pour les populations et les biens. La tempête Xynthia, qui a durement frappé le littoral charentais au printemps 2010, a souligné la nécessité pour l'Etat et les collectivités locales d'une meilleure gestion et surveillance de l'évolution du trait de côte.

Installé en décembre 2010, le groupe de travail présidé par le député Alain Cousin, comprenait des représentant des cinq collèges du Grenelle de la mer (Etat, collectivités, ONG, syndicats, professionnels). Le rapport remis présente "des orientations claires et directement opérationnelles", a estimé la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet.

Elles s'articulent autour de quatre axes :

1. Doter la France d'un outil d'observation de l'évolution du trait de côte et identifier, pour chaque façade maritime, des " zones à érosion forte " où l'action publique sera priorisée.

2. Dans ces territoires à érosion forte, élaborer des " stratégies locales " partagées entre les acteurs (État, collectivités territoriales, propriétaires privés ou réunis en associations...) en s'appuyant sur les responsabilités et les compétences de chacun.

3. Sur l'ensemble du littoral français, renforcer la prise en compte de l'érosion côtière dans les documents de planification et d'urbanisme, dans les plans de prévention des risques et dans les autorisations d'occupation du domaine public maritime.

4. Lancer un appel à projets, au bénéfice des collectivités locales pour expérimenter les solutions de " repli stratégique " et de " relocalisation des biens et des activités ".

Le rapport présente également un guide méthodologique à destination des collectivités locales, afin que la gestion du trait de côte soit pleinement intégrée dans leurs différents documents d'urbanisme.

OM