Bioaddict



Grenelle 2 de l'environnement : ce qui va changer dans nos vies

 

La loi vise à faire évoluer nos infrastructures de transports et nos comportements. L'enjeu concerne notamment le développement des infrastructures alternatives à la route, la réalisation d'un peu plus de 1 500 km de lignes de transports collectifs urbains, sans compter ceux de l'Ile-de-France, ou encore la construction d'autoroutes ferroviaires et de voies maritimes et fluviales, avec, entres autres, le canal Seine- Nord Europe.

Plusieurs mesures sont par ailleurs en faveur du développement des transports collectifs urbains et périurbains :
- afin d'améliorer la planification et la gestion de tous les modes de transports (auto-partage, vélos en libre service, réglementation du stationnement...) les compétences des collectivités locales vont être clarifiées.

Par ailleurs, pour encourager l'auto-partage un label spécifique va être créé.

En outre, afin de limiter la circulation, les agglomérations de plus de 300 000 habitants vont pouvoir expérimenter le péage urbain.

Les communautés de communes et d'agglomération vont se voir attribuer la compétence pour organiser un service de mise à disposition de vélos en libre service et réaliser des stationnements sécurisés pour les vélos lors de la construction d'un immeuble ou de l'aménagement d'un parking.

Enfin la loi prévoit d'encourager la création d'infrastructures de charge nécessaires à l'usage des véhicules électriques et hybrides rechargeables, pour les collectivités locales, les habitations et les lieux de travail.

Ce qui va changer concernant péages autoroutiers

Les péages pour les poids lourds et les transports de personnes vont être modulés en fonction des performances environnementales des véhicules.

Par ailleurs,afin de fluidifier la circulation et d'éviter les bouchons, un service européen de télépéage va être mis en place pour de faciliter les paiements dans toute l'Europe. Les péages sans arrêt sur les autoroutes vont être également développés .