Bioaddict



événement

Iniatives Océanes 2010 : participez au grand nettoyage éco-citoyen du 18 au 21 mars !


Sommaire
1 - Un grand rassemblement éco-citoyen
2 - Les macro-déchets ravagent l'éco-système
3 - Comment participer au grand nettoyage
Publié Le 25 Février 2010 à 13h40
 

Les macro-déchets sont les déchets issus de l'activité humaine, flottant en surface ou immergés, transportés par les courants marins ou par les fleuves jusqu'au littoral et se déposant sur les plages. Ils sont constitués principalement d'emballages (sachets plastiques, bouteilles, emballages,...) ainsi que d'objets de différentes tailles (Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques DEEE, véhicules, matériel de pêche,...) et matières diverses (verre, métal, tissus, cuir,...).

Il faut savoir que ces macro-déchets perturbent l'ensemble des écosystèmes littoraux de la planète entraînant des conséquences dramatiques aussi bien pour le milieu que pour les espèces.

Beaucoup d'espèces marines souffrent ainsi de la présence de ces déchets. Certaines sont souvent incapables de faire la différence entre un déchet et leurs proies habituelles. Les tortues peuvent ainsi confondre les sacs plastiques avec les méduses. Lorsqu'elles en ingèrent, leur système digestif est bloqué et elles meurent.

Il faut également savoir que le plastique n'est pas biodégradable. Par action mécanique et sous l'effet de la température et des UV, il va se morceler en fines particules pour finalement être réduit à une dimension invisible à l'oeil nu. Il est alors appelé plancton plastique. Outre l'impossibilité de retirer ces macro-déchets du milieu marin, des études montrent que ceux-ci bloqueraient également les systèmes digestifs et respiratoires des méduses et de différents organismes marins.

L'effet de houle et/ou des courants provoque le mouvement incessant des macro-déchets de faible densité, les conséquences en sont la perturbation et la détérioration des fonds marins. Des zones d'accumulation de déchets se créent parfois jusqu'à 2000 mètres. La présence de plastique en profondeur empêche les échanges naturels entre l'eau et les sédiments : les sols peuvent alors s'asphyxier.