Bioaddict



interview people

Pour Isabelle Autissier "la nature a toujours raison"

Publié Le 16 Septembre 2011 à 13h32
 
Isabelle Autissier, présidente du WWF France et première navigatrice a avoir accompli un tour du monde en compétition, nous livre ses coups de gueule, coups de coeur et bonnes résolutions bio et écolos.
DOSSIER SPECIAL

 

  1. Bioaddict.fr : Bio addict ou bio novice?
    Isabelle Autissier : Si "bio addict" signifie qu'on a consommé bio tout au long de sa vie, alors, je suis plutôt bio novice.

  2. Le déclic ?
    Il y a 25 ans, quand je travaillais dans le secteur de la pêche et que j'écoutais le discours des pêcheurs. J'ai pris conscience de l'urgence d'agir pour protéger l'océan et la planète.

  3. Ecolo optimiste ou écolo pessimiste ?
    Ni l'un, ni l'autre. Ou peut-être les 2. J'aime citer cette phrase qui n'est pas de moi (elle me vient de Nicolas Hulot) : " Le pessimisme de la connaissance n'empêche pas l'optimisme de la volonté "

  4. La cause environnementale qui vous tient le plus à coeur :
    Je suis naturellement plus proche de la mer étant donné mon parcours. La surpêche est le problème le plus criant, c'est là où il est possible d'agir le plus vite et le plus simplement, avec plus de bénéfices pour les pêcheurs et pour les consommateurs de poisson. Et je pense en particulier aux populations pour lesquelles il s'agit d'une source de protéine indispensable. En revanche, dans notre société occidentale, la consommation de poisson est avant tout un plaisir.

  5. La première mesure que vous prendriez si vous étiez président ( e ) ?
    Il ne s'agit pas de mettre une seule chose en avant ! Ce n'est pas le principe de l'écologie, ou alors c'est de l'écologie de comptoir. L'écologie est un système global. S'il suffisait de dire : "il faut isoler nos maisons ou réformer la PAC", ce serait trop facile. L'ambition de l'écologie, est justement de mettre de l'écologie partout. Donc, si je dois choisir, ma première mesure serait de supprimer le ministère de l'écologie et de mettre l'environnement dans tous les ministères !

  6. La personne avec qui vous aimeriez partager un dîner bio?
    La personne qui aurait le plus de raisons d'être converti ! Un agriculteur chimique ou un entrepreneur ou salarié qui travaille pour une entreprise polluante et qui ne se pose pas beaucoup de questions. En somme, quelqu'un de difficile à convaincre!

  7. La dernière bonne résolution écolo que vous avez prise ?
    Depuis environ un an, je n'utilise quasiment plus de produits ménagers chez moi... et ça marche très bien. Entre le vinaigre et différents produits naturels, c'est même plus propre chez moi. 

    J'en avais marre de tous ces produits artificiels qui sentent - soi-disant - la rose ou la violette. Avant, je n'avais introduit le bio qu'au travers de mon produit vaisselle et j'ai décidé d'aller plus loin dans cette démarche.

  8. La prochaine bonne résolution écolo que vous allez prendre ?
    Sur mon style de vie actuel je commence à avoir fait le tour de tout ce qu'on peut réaliser d'un point de vue personnel. Je ne vois pas ce que je pourrais faire de plus. Depuis quelques années déjà, j'applique systématiquement un raisonnement avant d'agir. Avant de me déplacer par exemple, je me demande si c'est réellement indispensable ? Après, il y a forcément des limites à ce que l'on peut faire individuellement...

  9. Un produit bio dont vous ne pourriez pas vous passer ?
    J'achète bio quand je suis chez moi mais je suis souvent en déplacement. J'essaie de faire du mieux possible mais il m'arrive parfois de faire des écarts. C'est inévitable. Mais il est certain que je préfère manger chez moi. Au moins, je sais que ce que je mange est bon pour ma santé.

  10. Le lieu où vous vous sentez proche de la nature
    Les mers du Sud, notamment au large de l'Océanie et de l'Antarctique.

  11. Votre dernier coup de gueule écolo ?
    La pêche et l'agriculture. Et en ce moment les histoires d'algues vertes en Bretagne !

  12. Un concept écolo à inventer ?
    Si j'avais quelque chose en tête je l'aurais fais. Je n'ai rien inventé d'écolo, mais peut-être dans le futur, qui sait...

  13. Votre argument imparable pour convaincre un écolo-sceptique ?
    D'abord, que la nature a toujours raison. On ne peut pas nier le réchauffement climatique car on ne peut pas nier la physique. Et la deuxième chose est qu'il ne peut pas y avoir une croissance infinie. Nous serons inévitablement limités par les ressources naturelles de la planète.

  14. Un message pour nos lecteurs ?
    Il faut avancer les yeux ouverts mais de manière délibérée car nous n'avons plus beaucoup de temps devant nous. Toutefois, il faut le faire avec confiance et enthousiasme car si nous effectuons ce changement de cap vers une société plus écologique, plus en lien avec la nature, elle sera également plus humaine, et cela sera forcément une société plus agréable pour tous.

Propos recueillis par Alicia Muñoz