Bioaddict



"Jeux d'influence", une série au coeur de l'actualité sur les lobbies de l'agrochimie

Publié Le 12 Juin 2019 à 15h43
 
Lobbies, pesticides... lesquels sont les plus toxiques ? "Jeux d'influence", c'est le nom d'une nouvelle série diffusée sur Arte qui fait écho au combat - bien réel celui-ci - de l'agriculteur Paul François contre la société Monsanto. Une série haletante et furieusement actuelle qui s'attaque au sujet brûlant des lobbies et des multinationales de l'agrochimie.
"Jeux d'influence", une série politique au coeur des lobbies de l'agrochimie, créée créée par Jean-Xavier de Lestrade avec Alix Poisson et Laurent Stocker. Diffusion le jeudi à 20h55 du 13 au 27 juin 2019. Disponible en intégralité sur arte.tv du 6 juin au 26 juillet 2019 et en DVD/VOD.

 

Le début de l'intrigue est le suivant : Dans le Centre de la France, un agriculteur, Michel Villeneuve, est retrouvé inanimé au pied de son tracteur. On diagnostique une leucémie, liée à l'utilisation d'un désherbant produit par la multinationale Saskia. Le député Guillaume Delpierre, ami d'enfance de Villeneuve, s'engage à déposer un amendement pour faire interdire ce produit. Mais le PDG de Saskia mandate un redoutable lobbyiste, Mathieu Bowman, pour contrer son projet.

Un agriculteur touché par la maladie, un cadre d'une multinationale agro-chimique retrouvé mort, un député en lutte pour amender la loi sur l'utilisation des pesticides... "Jeux d'influence", tisse une toile complexe de destins individuels en prises avec les lobbys à travers six personnages sous pression, dont Alix Poisson et Laurent Stocker de la Comédie-Française, tiraillés entre plusieurs forces et qui luttent pour faire exister leur parole et leurs convictions.

Cette série, aussi documentée qu'haletante, pose la question de l'engagement face aux trafics d'influence. Elle fait écho au récent combat de l'agriculteur Paul François contre la société Monsanto.

Le réalisateur oscarisé Jean-Xavier de Lestrade, qui a effectué des études de droit et de journalisme et qui a déjà réalisé plusieurs documentaires engagés, explique :

" J'ai grandi dans le Sud-Ouest, à la campagne, où mon père était agriculteur. Je me souviens qu'enfant, je le regardais désherber ses champs avec des pesticides, plusieurs fois par an. Je ne crois pas l'avoir jamais vu mettre un masque. On percevait cela comme une activité positive : cela démultipliait les rendements. Bien plus tard, mon père a lu un article sur un agriculteur, Paul François, qui portait plainte contre Monsanto après avoir été intoxiqué. Il me l'a envoyé, avec une note disant qu'il y avait peut-être là un sujet à traiter... C'était en 2011. Cela a pris quelques années avant d'arriver à maturation. En fait, cela s'est télescopé avec un autre sujet qui m'occupe depuis toujours : la chose politique. La majorité des études scientifiques montrent que les pesticides sont cancérigènes, et pourtant on a le sentiment qu'il n'y a pas de prise de conscience politique. Pourquoi ? Qu'est-ce qui se passe à ce niveau-là ? Si un homme politique décide d'engager la bataille, quelle marge de manoeuvre a-t-il réellement ? A quel endroit faut-il se placer pour défendre ses convictions ? À l'extérieur du système ou à l'intérieur ? Sur ces questions-là, il n'existe pas (ou très peu) d'oeuvres de fiction. Cela dit, venant du documentaire, je reste très attaché à la vérité du terrain. Avec Antoine Lacomblez, mon co-scénariste, on a essayé d'être au plus près de la réalité. Celle du travail parlementaire, de la vie agricole. Le monde des lobbies, lui, génère beaucoup de fantasmes. On en parle, mais on ne sait pas vraiment comment il fonctionne. Quelques personnes ont accepté de nous voir, à condition de n'évoquer que des affaires passées. Tout l'enjeu était de réussir à incarner ce sujet à multiples entrées dans des personnages justes, et de trouver le bon équilibre entre les différentes trames."

La comédienne Alix Poisson, qui tient l'un des rôle principaux, expliquant qu'elle a pris beaucoup de plaisir à "participer à une série qui peut éveiller les consciences", évoque "une série d'utilité publique qui montre concrètement le poids des lobbies dans certaines décisions politiques".

Matthieu Belghiti, le producteur, explique également : "La série est devenue aujourd'hui un des programmes télévisuels les plus importants. Elle est à la fois un divertissement et un outil formidable pour raconter des histoires qui soulèvent des questions essentielles au fonctionnement de notre société et permettent le débat. Telle fut notre ambition dans "Jeux d'influence". Produire une série du réel qui interpelle nos concitoyens sur un enjeu aussi important, pour notre santé et notre environnement que les pesticides. Produire aussi une série dite politique sur les rapports tortueux qu'entretiennent de puissants groupes industriels avec le pouvoir, sur l'utilisation des lobbies pour défendre leurs intérêts."

"Jeux d'influence" est à découvrir le jeudi à 20h55 sur Arte du 13 au 27 juin, également disponible en intégralité sur arte.tv jusqu'au 26 juillet. La série compte 6 épisodes d'environ une heure. Elle a été récompensée au Festival de la fiction TV de La Rochelle 2018 avec le Prix de la meilleure mini-série (6 épisodes d'une heure).

Mathilde Emery