Bioaddict



good news

Justice : le viticulteur bio Emmanuel Giboulot gagne son combat contre les pesticides

Publié Le 4 Décembre 2014 à 18h43
 
Ce jeudi 4 décembre 2014, la Cour d'Appel de Dijon a relaxé le viticulteur bio Emmanuel Giboulot qui refusait de traiter ses vignes avec des pesticides.
Emmanuel Giboulot, à la sortie de la Cour d'Appel de Dijon, le 4 décembre 2014 - Image France 3

Le viticulteur bio Emmanuel Giboulot a reçu en 2013 un ordre préfectoral l'obligeant à traiter avec des produits chimiques ses 10 hectares de vignes exploités en biodynamie en Côte d'Or, contre l'insecte responsable de la flavescence dorée, une maladie incurable et mortelle de la vigne. En cause ? Un foyer important de flavescence dorée était apparu dans la Saône-et-Loire voisine en 2011 et 2012 selon Olivier Lapôtre, chef du service régional de l'alimentation de la direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (Draaf) de Bourgogne, en charge de la lutte contre la flavescence dorée. Pourtant, à l'été 2013, aucun foyer avéré n'est détecté en Côte-d'Or...

Emmanuel Giboulot a ainsi naturellement refusé de traiter ses vignes de manière préventive... et a alors été condamné par le tribunal de Dijon à 1 000 euros d'amende dont la moitié avec sursis. A la sortie de la salle d'audience, le viticulteur a estimé qu'il s'agissait " d'une peine symbolique mais pas juste " et a décidé de faire appel. Les Français se sont alors mobilisés pour le soutenir, ainsi que de nombreuses associations et de nombreux médias, comme le journal bioaddict.fr. Le viticulteur a finalement été relaxé par la cour d'appel de Dijon ce jeudi 4 décembre !

"La cour a invalidé l'arrêté préfectoral obligeant à traiter les vignobles, car il n'avait pas été approuvé par le ministre de l'agriculture et surtout le caractère d'urgence n'était pas démontré. C'est ce que nous défendions", a déclaré son avocat, Me Benoist Busson, au journal Le Monde.

"C'est une victoire de la mobilisation citoyenne. Il y a une prise de conscience de plus en plus importante quant à l'importance de réduire l'usage des pesticides, qui me donne des espoirs pour l'avenir de l'agriculture" a déclaré Emmanuel Giboulot en sortant du tribunal.

Dans un communiqué, José Bové, député européen Europe Ecologie, se rejouit : " La Cour d'appel de Dijon a logiquement fini par faire primer le bon sens. Faisons confiance aux vignerons. Et puisque la France s'est engagée à réduire de 50 % sa consommation de pesticides d'ici 2018, cette décision va dans le bon sens. "

"EELV espère que cette décision servira de jurisprudence et permettra à tous les autres agriculteurs et viticulteurs biologiques qui cherchent à protéger les fragiles équilibres, la biodiversité et la nature de ne pas avoir à épandre de produits dangereux pour la santé humaine et la nature" a également déclaré Europe Ecologie les Verts dans un communiqué.

Un grand bravo à Emmanuel Giboulot pour son courage ! Trinquons à sa santé et pour le remercier de protéger la nôtre !

Stella Giani


Acceuil Biomap
Vins bio de Bandol, Domaine de Terrebrune
724 Chemin de la Tourelle Alimentation bio Vignerons Voir la fiche