entreprise

L'épargne peut nuire gravement à l'Environnement

Sommaire de cet article :

  1. Des banques de plus en plus critiquées pour leurs investissements
  2. Des investissements socialement responsables
Même en dormant, l'argent peut contribuer à la dégradation de l'environnement en cautionnant des activités polluantes ou socialement inacceptables. En tant que consomm'acteur, il est donc important de choisir avec lucidité ceux qui gèrent nos économies, et de les surveiller.

Dans son livre Que font-ils de notre argent ?, Stanislas Dupré, le directeur général d'Utopies, explique comment notre épargne ou nos investissements peuvent indirectement cautionner la pollution de la planète.

Des banques de plus en plus critiquées pour leurs investissements

Les banques, grâce aux revenus dégagés par les transactions bancaires, financent les activités de grandes entreprises et multinationales. Problème : il arrive que celles-ci aient une activité irresponsable.

" Savez-vous ce que votre banque fait avec votre argent ? " demandait Greenpeace en octobre dernier sur son site ouvavotreargent.com sur lequel l'ONG dénonce les investissements occultes de la BNP Paribas au Brésil. En effet, selon l'organisation écologiste, la banque financerait la construction d'un réacteur nucléaire aux normes de sureté passéistes. Ce projet " viole les normes de sûreté internationales, le minimum requis dans le monde ", souligne ainsi Sophia Majnoni d'Intignano, chargée de campagne nucléaire à Greenpeace France.

C'est maintenant au tour du cabinet de conseil et d'audit Utopies de dresser un classement des banques les plus émettrices de CO2. En effet, Stanislas Dupré, directeur général du cabinet, met en relief l'impact indirect de l'économie tertiaire sur l'environnement. Au travers d'investissements parfois contradictoires avec les valeurs prônées, les banques contribuent aussi au réchauffement climatique.

Et les nominés du classement sont : le Crédit Agricole qui émettrait 1, 071 tonne de CO2 par an pour 1000 euros déposés, puis la BNP avec 905 kg de CO2 par an et enfin la Société Générale qui produirait 891 kg de CO2 par an.

Les 9 banques qui figurent dans ce classement investissent principalement dans le secteur énergétique. Pour Stanislas Dupré, le pire, ce sont les placements en actions : " Les banques innovent peu. Leurs fonds sont investis dans les entreprises du CAC 40, dont les émissions sont élevées. "

BNP Paribas, probablement tentée de reverdir son image, a pourtant récemment publié une enquête sur l'Investissement socialement responsable. Celle-ci a été réalisée auprès de 2000 petits actionnaires en France, en Belgique et en Italie, afin de connaître le regard qu'ils portent sur la consommation, le développement durable et les produits financiers. Les résultats étaient encourageants puisque 75% des actionnaires français se disaient désireux "de faire bouger les choses pour ne pas laisser à leurs enfants un monde pire que celui d'aujourd'hui." Au 3eme rang des leviers d'actions possibles les interrogés citaient " l'investissement de son épargne dans des entreprises ayant un comportement exemplaire. " Il semble que la BNP Paribas agisse avec démagogie alors qu'elle ignore les attentes de ses clients actionnaires en investissant dans des activités polluantes.

Le Directeur Général d'Utopies ne soumet pas pour autant ces banques à une vindicte populaire gratuite car il apporte également conseils et solutions. Parmi elles, la création d'un bonus-malus climat dans la fiscalité des revenus de l'épargne. "La crise des subprimes a montré que les banques ne sont plus capables d'identifier quelles activités économiques elles financent avec notre argent. Elles n'arrivent donc pas à anticiper les conséquences financières des risques sociaux liées à ces activités. Il est temps d'imposer la traçabilité de notre épargne, comme cela a été fait il y a dix ans dans l'alimentaire après la crise de la vache folle", écrit-il.

Le lancement du livre s'accompagne d'une campagne de sensibilisation du public lancée par Utopies avec Les Amis de la Terre. Pour en savoir plus : Le premier classement carbone des banques françaises : le secteur bancaire en tête des entreprises les plus polluantes.