Bioaddict



L'essor de l'économie verte pourrait créer des dizaines de millions d'emplois verts

Publié Le 17 Décembre 2010 à 19h14
 
Les efforts déployés pour faire face au changement climatique pourraient générer des millions de nouveaux "emplois verts" dans les décennies à venir, aussi bien dans les pays industrialisés que dans les pays en développement.
DOSSIER SPECIAL

A l'issue de la 16e Conférence des Parties (COP16) à la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique, le Bureau international du Travail (BIT) s'est félicité de l'inclusion des dimensions sociales et de travail décent dans le document final, signe d'une forte adhésion à une "transition juste" vers une économie à faibles émissions de carbone, fournissant un travail décent et des emplois plus respectueux de l'environnement.

" Nous sommes heureux de voir les pays reconnaître qu'il n'est pas indispensable de choisir entre la réduction des émissions et le développement durable ", a ainsi déclaré Peter Poschen, directeur du Département de la création d'emplois et du développement de l'entreprise au BIT et chef de la délégation à Cancun.

" En fait, des politiques et des mesures bien conçues en matière de climat peuvent favoriser la protection sociale, la sécurité alimentaire, les possibilités de travail décent et la création de nouvelles richesses. En intégrant les dimensions sociales et de travail décent dans les résultats de ces négociations, nous créons un environnement propice à une transition juste d'une économie à haute intensité de carbone à une économie à faibles émissions de gaz à effet de serre. L'Accord de Cancun est la première étape pour y parvenir ", a-t-il ajouté.

L'Accord de Cancun, issu de la 16e Conférence de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui s'est tenue du 29 novembre au 10 décembre 2010, reconnaît en effet l'importance de lier les questions sociales à l'impact du changement climatique et à des politiques réactives. L'accord rappelle ainsi que pour faire face au changement climatique, le monde doit opérer un tournant radical dans sa manière de produire et de consommer et que ce changement structurel aura d'importantes répercussions sur les entreprises et les travailleurs, à la fois positives et négatives. Le défi consiste maintenant à créer et saisir les opportunités des nouveaux emplois verts pour contrebalancer les pertes dans des secteurs qui risquent de compromettre le développement durable.

" Si nous agissons intelligemment, les bénéfices dépasseront les coûts. Ce changement structurel, juste et fédérateur, vers une économie durable peut être réussi, créant les millions d'emplois qui font tant défaut et débouchant sur de réels progrès dans la réduction de la pauvreté ", a ainsi ajouté M. Poschen.

Voir l'avenir en vert

Une étude du BIT, datée de septembre 2008, sur l'émergence d'une "économie verte" au niveau mondial et son impact sur le monde du travail, montre que les efforts déployés pour faire face au changement climatique pourraient générer des millions de nouveaux "emplois verts" dans les décennies à venir.

Le rapport  indique ainsi que le changement climatique en soi, l'adaptation qu'il nécessite et les efforts pour l'endiguer en réduisant les émissions, ont de profondes implications en matière de développement économique et social, de modèles de production et de consommation et donc en matière d'emploi, de revenus et de réduction de la pauvreté. Ces conséquences sont à tout à la fois porteuses de risques et de promesses pour les populations actives de tous les pays, mais particulièrement pour les populations les plus vulnérables dans les pays les moins avancés et dans les petits Etats insulaires.

Parmi les faits saillants tirés du rapport :

- Le marché mondial des produits et services liés à l'environnement devrait doubler pour passer de 1370 milliards de dollars par an actuellement à 2740 milliards de dollars vers 2020.

- La moitié de ce marché concerne l'efficacité énergétique et l'autre moitié les transports durables, l'approvisionnement en eau, l'assainissement et la gestion des déchets. En Allemagne par exemple, la technologie environnementale devrait quadrupler pour atteindre 16% de la production industrielle vers 2030, l'emploi dans ce secteur surpassant ainsi celui des grandes industries du pays, à savoir l'automobile et les machines-outils.

- Les secteurs particulièrement importants en termes d'impact environnemental, économique et d'emploi, sont la fourniture d'énergie, en particulier les énergies renouvelables, le BTP, les transports, les industries lourdes, l'agriculture et la foresterie.

- Aux Etats-Unis, le flux investi dans les technologies propres constitue déjà le troisième secteur d'investissement en capital risque après l'information et les biotechnologies, pendant qu'en Chine, le capital risque investi dans les technologies propres a plus que doublé ces dernières années, atteignant 19% du total des investissements.

- Ces dernières années, 2,3 millions de personnes ont trouvé du travail dans le seul secteur des énergies renouvelables, et le potentiel de croissance de l'emploi dans ce secteur est énorme. Le nombre d'emplois dans les énergies alternatives pourrait grimper jusqu'à 2,1 millions dans l'éolien et 6,3 millions dans le solaire thermique d'ici 2030.

- Les énergies renouvelables génèrent davantage d'emplois que les énergies fossiles. Les prévisions d'investir 630 milliards de dollars d'ici à 2030 devraient se traduire par au moins 20 millions de postes supplémentaires dans ce secteur.

- Dans l'agriculture, 12 millions de personnes pourraient être employées dans la biomasse utilisée pour l'énergie et les industries qui y sont liées. Dans un pays tel que le Venezuela, un mélange de 10% d'éthanol dans les carburants pourrait générer un million d'emplois dans le secteur de la canne à sucre d'ici 2012.

- Une transition mondiale vers des bâtiments économes en énergie pourrait créer des millions d'emplois, de même que "l'écologisation" des emplois existants pour un grand nombre des 111 millions de personnes qui travaillent déjà dans le secteur de la construction.

- Les investissements réalisés pour améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments pourraient créer de 2 à 3,5 millions d'emplois verts supplémentaires en Europe et aux Etats-Unis, avec un potentiel bien plus élevé dans les pays en développement.

- Le recyclage et la gestion des déchets emploient aujourd'hui quelque 10 millions de personnes en Chine et 500 000 au Brésil. Ce secteur devrait se développer rapidement dans de nombreux pays face à l'augmentation des prix des denrées de première nécessité.

Pour plus d'informations, découvrez l'ouvrage intitulé : " Croissance verte : Zoom sur 50 métiers ", un guide accessible à tous sur les nouveaux métiers verts, les formations pour y parvenir, les salaires proposés et les perspectives d'évolution.

Mathilde Emery