Bioaddict



événement

La claque du film de Nicolas Hulot : " le Syndrome du Titanic "


Sommaire
1 - La claque du film de Nicolas Hulot : " le Syndrome du Titanic "
2 - " Je ne suis pas né écologiste, je le suis devenu "
3 - " Je suis plutôt un optimiste de nature mais je suis devenu un pessimiste de raison "
Publié Le 8 Octobre 2009 à 12h35
 
C'est aujourd'hui que sort dans les salles le " Syndrome du Titanic ", film de Nicolas Hulot et de Jean-Albert Lièvre, qui au-delà du constat environnemental, nous interroge sur le sens du progrès. Un véritable électrochoc.

Ce n'est plus la peine de présenter Nicolas Hulot. Photo-reporter, journaliste à France Inter puis rédacteur en chef de VSD Nature, créateur de la Fondation qui porte son nom pour la nature et l'Homme, présentateur et producteur d'Ushuaïa, initiateur du Pacte écologique et de la taxe carbone... Le symbole français de la défense de l'environnement co-signe aujourd'hui avec Jean-Albert Lièvre un long-métrage qui, à travers 11 mois de montage, dévoile une réalité choc de nos sociétés économiques et culturelles.

L'idée au départ de Nicolas Hulot était d'utiliser le cinéma pour apporter une autre dimension à son engagement, à partir d'un livre écrit en 2004, qui porte le même nom que le film. A ceci près qu'à l'arrivée, celui-ci en est assez éloigné, le livre étant dans le constat de la crise écologique .

" Il m'a semblé important de ne pas se cantonner à la dimension écologique. Il y a dans ces crises que nous traversons, une dimension culturelle. Je voulais essayer de comprendre pourquoi à un moment nos actions ont échappé à nos intentions. A quel moment il y a eu scission entre ce couple que l'on pensait indissociable ; avenir et progrès ", explique Nicolas Hulot lors de l'avant-première du film le 23 septembre dernier, au cinéma Le Majestic, à Paris.

Vous ne pourrez pas sortir indifférent de ce Syndrome. En sortant de la salle de cinéma, vous n'aurez d'autres choix que de poser un autre regard sur le monde.

La révolution des esprits

Le Syndrome du Titanic c'est ça : une combinaison d'images qui vous laisse pantoie, qui parlent d'elles-mêmes de l'absurdité de la surconsommation et des écarts de la richesse humaine à travers la planète, sur une bande musicale originale et tout aussi riche et travaillée. Le tout accompagné du monologue de Nicolas Hulot qui, en parlant en son propre nom, apporte la dimension politique à son cri d'alerte à la raison.

" Cette combinaison de crises dont on ce serait bien passé, est aussi une opportunité presque inespérée pour nous reposer les bonnes questions, pour redéfinir ensemble les fins, pour nous demander à quoi on destine le génie humain. "

D'où la fameuse phrase d'Einstein que Nicolas Hulot a mis en exergue dans son livre et qu'il reproduit dans son commentaire de film : " Notre époque se caractérise par la profusion des moyens, la confusion des intentions. "

" Cette phrase porte en elle l'espoir et le désespoir, un peu comme ce film d'ailleurs ", souligne le défenseur de la cause planétaire.