Bioaddict



La Corée du Sud sommée d'abandonner ses projets de chasse à la baleine

Publié Le 6 Septembre 2012 à 15h15
 
Alors que s'est ouverte ce jeudi 6 septembre la plus grande et de la plus importante réunion mondiale sur la conservation des espèces menacées, la Corée du sud, pays hôte du forum, est sommée de rejeter publiquement son projet de massacre de baleines.

Organisé tous les quatre ans, le Congrès mondial de la nature de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) a débuté ce matin à Jeju, quelques semaines seulement après que la Corée du Sud a suscité l'indignation de la communauté internationale en annonçant son intention de chasser un nombre encore inconnu de baleines de Minke à de prétendues fins de recherche scientifique. En effet, lors de la réunion de la Commission baleinière internationale (CBI), qui s'est tenue en juillet 2012 à Panama, la Corée du Sud a affirmé qu'elle pourrait chasser la baleine en vertu de l'article VIII de la Convention, lequel lui permettrait de fixer ses propres quotas de prises sans s'astreindre à des impératifs de durabilité ou de conservation.

Suite à la mise à l'index généralisée de ce projet, le gouvernement coréen a tout d'abord semblé vouloir prendre ses distances avec cette annonce. Toutefois, il n'a pour l'heure fait aucune déclaration officielle concernant l'abandon du projet et a jusqu'au mois de décembre pour soumettre à la CBI une proposition de chasse scientifique à la baleine.

L'UICN s'est exprimée sur cette proposition, exhortant la Corée à reconsidérer son projet et à continuer de soutenir la recherche non létale sur les baleines dans les eaux coréennes. 

Pour Patrick Ramage, Directeur du programme sur les baleines d'IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux, " le fait que la Corée accueille ce congrès international, essentiel pour la préservation des espèces, et qu'elle projette dans le même temps d'abattre ses harpons sur une population de baleines menacée est pour le moins paradoxal ".

" Nous appelons la Corée à affirmer publiquement et catégoriquement l'abandon de ses projets inconsidérés de chasse à la baleine. "

Selon IFAW, la chasse à la baleine dite scientifique n'est ni plus ni moins qu'une forme de pêche commerciale opérant sous couvert d'un simulacre de recherches, que la communauté scientifique ne prend guère au sérieux.

Les baleines de Minke J-stock, visées par ce projet, sont considérées par la communauté scientifique de la CBI comme une espèce menacée. En outre, le nombre de prises accidentelles, c'est-à-dire de baleines piégées dans du matériel de pêche, oscille en moyenne entre 150 et 200 chaque année. Ces baleines sont par ailleurs confrontées à une autre menace pour peu qu'elles s'aventurent dans les eaux japonaises. Selon les prévisions, leur population continuera de décliner si les niveaux actuels de prises accidentelles se maintiennent.

Par le passé, la Corée du Sud s'était pourtant montrée ferme à l'encontre de la chasse à la baleine illégale en condamnant les contrevenants à des peines de prison ou à de lourdes amendes.

À l'heure actuelle, la Corée du Sud interdit la chasse à la baleine commerciale et scientifique. En revanche, elle autorise la vente de baleines prises accidentellement dans ses filets de pêche, sachant qu'une baleine de Minke adulte vaudrait 100 000 $ (env. 80 000 €).

Des analyses ADN financées par IFAW et portant sur des produits de consommation à base de baleine en Corée ont permis d'estimer le nombre de cétacés vendus sur une période de cinq ans. Ces recherches ont montré que 827 baleines, soit près du double des chiffres officiels, ont été capturées puis vendues sur le marché durant cette période.

Stella Giani