biodiversité

La Corée veut harponner des baleines " pour la science "

Au cours de la réunion annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI) qui se tient au Panama cette semaine, la République de Corée a hier créé la surprise en annonçant son intention de se lancer dans la chasse soi-disant scientifique à la baleine.

Ce plan a été dévoilé lors de la 64e session de la CBI (Commission Baleinière Intrnationale), à Panama, et ce malgré l'incapacité du Japon et de l'Islande à trouver des débouchés commerciaux pour la viande de baleine résultant de leur propre chasse scientifique ou à produire des résultats scientifiques d'une quelconque valeur à partir de l'abattage des baleines.

La Corée n'a pas chassé de baleines depuis 1986, mais on recense chaque année un nombre substantiel de prises accessoires de cétacés dans les eaux coréennes. Avant d'annoncer son intention de harponner des baleines dans le Pacifique Nord, la Corée avait, l'après-midi précédent, informé d'autres délégués présents à cette conférence de ses plans pour développer l'observation des baleines dans la région d'Ulsan.

L'annonce de la Corée survient ainsi après un premier coup porté à la conservation des baleines plus tôt dans la semaine, lorsque le Japon et le reste du bloc pro-chasse à la CBI ont voté contre les propositions de sanctuaire baleinier dans l'Atlantique Sud. Ce sanctuaire aurait apporté une protection nécessaire aux baleines de la région.

"La chasse scientifique à la baleine n'est qu'un déguisement de la chasse commerciale" a réagit le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW - www.ifaw.org) qui s'oppose à cette chasse commerciale qu'il considère comme "une pratique cruelle, superflue et non durable par essence". Il a ainsi, dans un communiqué publié le 5 juillet, sommé la Corée à "abandonner ses plans de chasse et à protéger ses baleines pour les générations futures".

Patrick Ramage, Directeur du Programme sur les baleines d'IFAW, a ainsi déclaré : " C'est le genre d'annonce-surprise et de marche arrière que l'on n'attendrait pas de la Corée du Sud, qui a récemment pris des mesures importantes contre la chasse illégale à la baleine. S'il est mené à bien, ce plan exposera des baleines dont les effectifs sont déjà décimés à un massacre cruel sans aucune utilité, alors que les cétacés sont plus menacés que jamais. Nous prions vivement la Corée d'abandonner ce plan dès maintenant."

La chasse à la baleine, un exemple de cruauté

"Il n'existe simplement aucun moyen humain de tuer une baleine" explique IFAW.

Les baleines sont les plus grands animaux de la planète : les tuer n'est donc pas chose facile. Rien de surprenant à ce que la chasse à la baleine soit d'une cruauté inimaginable et que les cétacés meurent dans d'atroces souffrances.

Voici la description rapportée par le Dr Little, médecin à bord d'un navire parti en expédition pour chasser la baleine en Antarctique en 1946 :

" Imaginez un cheval avec deux ou trois lances explosives enfoncées dans le ventre, contraint de tirer un camion de boucher dans les rues de Londres en se vidant de son sang : c'est à peu près la réalité des méthodes employées actuellement pour tuer les baleines. Les canonniers eux-mêmes admettent que, si les baleines pouvaient crier, cette activité s'arrêterait, car personne ne pourrait supporter d'entendre une telle souffrance. "

Et les méthodes utilisées par les chasseurs de baleines n'ont pas changé. Des harpons explosifs attrapent les baleines et les hissent à bord, tandis que de puissants fusils les achèvent. Mais cela ne suffit pas à décrire avec justesse toute la violence et la cruauté de la chasse à la baleine. Imaginez :

  • Les baleines sont souvent poursuivies jusqu'à épuisement avant d'être harponnées.
  • La plupart du temps, les harpons explosifs ne tuent pas immédiatement les baleines. Certaines sont ainsi harponnées plusieurs fois avant de mourir.
  • Blessées, les baleines harponnées sont tractées vers les navires où on les frappe encore à coups de harpons ou de carabines puissantes. Les baleines harponnées près de la queue puis hissées vivantes à la poupe des bateaux finissent par mourir de suffocation lorsqu'elles se retrouvent la tête plongée dans l'eau.
  • Les baleines peuvent ralentir leur respiration et leur rythme cardiaque. Ainsi, même si beaucoup paraissent mortes ou inconscientes, il est en fait probable qu'elles soient en train de souffrir horriblement.

L'interdiction de la chasse à la baleine à l'échelle mondiale est entrée en vigueur en 1986. Pourtant, chaque année, des milliers de baleines continuent d'être massacrées de manière cruelle et inutile. Le Japon profite en effet par exemple d'une disposition de la convention baleinière de 1946 qui permet de tuer des baleines à des fins scientifiques. L'argument de la " chasse scientifique " a également été utilisé par la Norvège et l'Islande pour contourner les règles. Cependant, la " chasse scientifique " ne donne pratiquement aucune information utile et constitue tout simplement une chasse commerciale déguisée.

"Ce sont ainsi les nations baleinières qui édictent leurs propres quotas, pas la Commission baleinière internationale" explique l'IFAW.

H de M