vin

La Maison Moillard adopte le Chablis bio

La célèbre Maison Moillard implantée à Nuits Saint-Georges agrandit son offre de vins bio en intégrant le Chablis dans ses références.

 

C'est toujours une bonne nouvelle d'apprendre que des marques de vins de grande réputation se tournent vers le bio. Certes il y en a de plus en plus, mais encore trop peu dans les vins prestigieux.

La Maison Moillard, bien connue pour la qualité de ses grands vins des terroirs de Bourgogne, vient ainsi d'agrandir sa gamme de nectars bio en ajoutant le Chablis à deux autres références, le Beaune 1er cru Champs Pimont rouge et le Marsannay rouge.

Les vins, certifiés bio, proviennent de parcelles de vignerons partenaires déjà engagés dans le bio et de nouveaux viticulteurs en conversion.

"Les vignes bios ne sont pas si répandues à Chablis, mais les nouvelles générations de vignerons sont beaucoup plus réceptifs à une approche naturelle. Le cahier des charges était déjà strict, passer en bio n'a donc pas été difficile. De plus, les vignerons qui nous accompagnent dans cette démarche bénéficient d'un accompagnement pendant la période de conversion en bio et d'une prime" précise Serge de Bucy, Responsable Achats Vins et Œnologie pour La Maison Moillard.

Un Chablis qui puise sa force au fond de l'océan

Ce Chablis Coquillage 100 % Chardonnay provient d'un terroir calcaire exceptionnel situé au Nord de la Bourgogne. Ce calcaire kimméridgien renferme des fossiles marins. C'est cette nature marine qui donne une minéralité unique aux vins de Chablis, leur caractère " coquillage ".

Et à déguster c'est un régal ! On retrouve sa robe traditionnelle couleur jaune paille pastel, brillante et limpide. Au nez c'est une explosion d'arômes délicats de fruits blancs où l'on découvre la pèche de vigne et le citron. Et en bouche c'est un final citronné plein de fraicheur et de longueur...

A découvrir entre amis connaisseurs autour d'un beau plateau de fruits de mer.

Chablis Moillard BIO 2020 - Prix indicatif : 16€. A retrouver dans les magasins Carrefour, Leclerc, Cora et Intermarché.

Alexandre Sieradzy