Politique

La transition mondiale vers une économie verte s'accélère

Sommaire de cet article :

  1. La Chine pousse pour une croissance verte comme jamais auparavant
  2. Les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables ont explosé
  3. L'économie verte est génératrice d'emplois et d'équité sociale

L'économie verte génératrice d'emplois

Toujours selon le rapport, de nouveaux type d'emplois seront crées dans ces secteurs clés, au fil du temps. Une étude récente menée par l'OIT et l'Académie chinoise des sciences sociales (CASS), intitulée "Pour un développement sobre en carbone et des emplois verts en Chine", confirme cette affirmation. L'étude fournit une liste des gagnants et les perdants. Elle analyse également l'ampleur des impacts directs et indirects de cette tendance, tout en identifiant les bénéfices nets. Elle conclu que si 800.000 travailleurs employés dans les petites usines de charbon chinoises risquent de perdre leur emploi en raison des mesures écologiques, quelques 2,5 millions d'emplois seront créés d'ici 2020, rien que dans l'industrie de l'énergie éolienne.

En Afrique, malgré les récents progrès économiques, la création d'emplois verts décents suscite un intérêt croissant. Les représentants de 11 pays africains se sont d'ailleurs réunis en juin avec des représentant de l'OIT, du PNUD et du PNUE, et ce à fin d'analyser des études de cas dans les domaines du recyclage, de la construction durable et de la gestion des ressources naturelles. Suite à cette réunion, les participants ont adopté des plans d'action pour la création d'emplois verts dans les secteurs de la pêche, de l'agriculture et de la sylviculture. Ces plans permettront une hausse de 70% de la création d'emploi dans la région.

Au Brésil, l'OIT a récemment soutenu la construction de 500.000 nouveaux logements équipés de systèmes de chauffage solaire. Ce projet a engendré 30.000 nouveaux emplois. En Afrique du Sud, des projets de restauration d'écosystèmes aquatiques ont permis d'employer 25.000 chômeurs, tout en rétablissant des services écosystémiques importants pour le filtrage de l'eau douce.

L'économie verte génératrice d'équité sociale

Plus de 2 milliards de personnes vivent grâce à de petites exploitations agricoles locales, et malgré leur contribution significative à la sécurité alimentaire, la grande majorité de ces agriculteurs sont mal nourris et vivent dans la pauvreté. Les faibles prix de ventes, les pratiques commerciales déloyales de la concurrence et l'inefficacité des transports contribuent à leur situation précaire. Or, le Rapport sur l'économie verte conclu que la mise en place de pratiques agricoles durables provoquerait une augmentation des rendements et des profits pour ces agriculteurs locaux.

Globalement, un investissement compris entre 100 et 130 milliards de dollars dans l'agriculture biologique (d'ici 2050), améliorerait la qualité et le rendement des sols des principales cultures. Cela représenterais une augmentation de 10% par rapport aux prévisions des stratégies de business-as-usual. Etant donné qu'une majeure partie de ces agriculteurs sont des femmes, les bénéfices engendrés seront probablement redistribués dans leurs familles et communautés.

Le secteur de la gestion des déchets est un autre domaine qui devrait permettre d'améliorer l'équité sociale. Les efforts pour écologiser cette industrie font souvent suite à la recherche des économies de coûts, ou à des efforts de sensibilisation aux problèmes environnementaux. Toutefois, le rapport note que les efforts d'écologisation de l'industrie doivent aussi concerner l'amélioration des systèmes de traitement des déchets, la mise en conformités par rapport aux normes, la formation des travailleurs, et un système de compensation plus équitable pour assurer leur protection adéquate. Décentraliser les opérations de gestion des déchets à grande échelle pourrait aussi fournir des possibilités d'emploi.

Enfin, les déchets électroniques (ou e-déchets) sont également abordés dans le rapport. Ce problème concerne particulièrement les pays en voie de développement. Selon les estimations actuelles, 20 à 50 millions de tonnes de déchets électroniques sont générés chaque année. Par conséquent, le commerce de ce type de déchets se répand rapidement, ce qui accroît les menaces pour la santé humaine et pour l'environnement. Alors que les ventes de téléphones et d'ordinateurs portables continuent de croître en Chine, en Inde et partout en Afrique et en Amérique latine, le rapport constate que la récupération des déchets et leur recyclage offre des potentiels économiques et écologiques importants.

Le rapport "Vers une économie verte, pour un développement durable et une éradication de la pauvreté", est disponible à l'adresse: www.unep.org/greeneconomy

Mathilde Emery