Bioaddict



Le combat contre le réchauffement climatique menace les peuples indigènes


Sommaire
1 - Le combat contre le réchauffement climatique menace les peuples indigènes
2 - Pour restaurer une forêt, une tribu du Kenya est expulsée de ses terres
3 - Le barrage de Bakun en Malaisie a provoqué le déplacement de 10 000 autochtones
Publié Le 25 Novembre 2009 à 15h42
 
Agrocarburants, énergie hydroélectrique, conservation des forêts, compensation des émissions se carbone... Selon le nouveau rapport publié par Survival International, les mesures prises pour faire face au réchauffement de la planète risquent d'être aussi dangereuses que le changement climatique lui-même.
Des barrage hydroélectriques sont construits en Amazonie contre le réchauffement planétaire.

Il est vrai que les victimes directes du réchauffement climatique sont très souvent citées en vue du sommet de Copenhague mais que savons-nous des victimes de la lutte contre ce réchauffement ? Les peuples indigènes , qui voient leurs droits baffoués, sont souvent mis de côté alors qu'eux aussi subissent des " dommages collatéraux ".

" Ce rapport met en lumière 'la plus dérangeante des vérités' : il révèle que les peuples indigènes qui sont les moins responsables du changement climatique sont les plus affectés par celui-ci et que leurs droits sont violés et leurs terres dévastées au nom des mesures prises pour le stopper ", a déclaré Stephen Corry, le directeur de Survival International, le 23 novembre 2009.

" La plus dérangeante des vérités "

Le rapport intitulé " La plus dérangeante des vérités : changement climatique et peuples indigènes " fait état des quatre " mesures d'atténuation " qui menacent les peuples indigènes :

Les agrocarburants sont promus comme une alternative "écologique" à l'énergie fossile. Or la plupart des terres allouées à leur production sont les territoires ancestraux de peuples indigènes. Si la production d'agrocarburants s'intensifie comme prévu, des millions d'autochtones du monde entier perdront leurs terres et leurs modes de vie.

L'énergie hydroélectrique est le nouvel essor des barrages, censé remédier au changement climatique. Des milliers d'autochtones sont expulsés de leurs terres pour que les travaux puissent se faire.

La protection et la conservation des forêts obligent des peuples à quitter leurs terres : les chasseurs-cueilleurs ogiek du Kenya ont été expulsés des forêts où ils vivent depuis des siècles.

Les compensations des émissions carbone est en soi une initiative louable sauf que les forêts des peuples indigènes représentent désormais une immense valeur marchande. Les peuples indigènes affirment que cette mesure mènera à des évictions forcées et à la "spoliation de leurs terres".

Ce rapport recommande que les peuples indigènes soient pleinement inclus dans toutes décisions les concernant et que leurs droits territoriaux soient dûment respectés et garantis.

Pour Stephen Corry, le directeur de Survival International : " S'abritant derrière l'effort planétaire pour stopper les effets du changement climatique, les gouvernements et les compagnies sont en train de planifier un gigantesque vol de terres. Et comme d'habitude, lorsqu'il y a des enjeux financiers et de juteux profits en perspective, les peuples indigènes n'ont pas voix au chapitre ".

Lire le rapport sur le site de Survival.