santé lois Colorants

Le dioxyde de titane enfin interdit en Europe dans l'alimentation

Après son interdiction en France début 2020, l'Europe a décidé d'interdire le E171 –ou dioxyde de titane- dans l'alimentation car l'impact de cet additif sur la santé " n'est pas sûr ".

Le E171 : un colorant et opacifiant

On trouvait jusqu'à présent le dioxyde de titane dans certains bonbons, yaourts, sauces, soupes, préparations pour pâtisserie, voire même dans des plats cuisinés ou des biscuits.

En 2021, dans le cadre d'une mise à jour de l'évaluation du risque sur la base de nouvelles données, l'EFSA (European Food Safety Authority) estime que l'emploi du dioxyde de titane ne peux plus être considéré comme sûr en tant qu'additif alimentaire, notamment parce que des effets génotoxiques ne peuvent être exclus. Dans l'impossibilité d'établir une dose limite qui puisse être considérée comme sûre, l'usage alimentaire du dioxyde de titane n'est donc plus considéré comme sûr dans l'absolu.

Deux ans après la suspension du dioxyde de titane en France et cinq ans après un rapport de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) qui alertait sur ses risques, les Etats membres et la Commission européenne ont en effet enfin décidé de protéger tous les citoyens européens de cet additif controversé en donnant le feu vert pour l'interdire dans l'alimentation.

La décision peut être consultée dans le Journal de la Communauté Européenne du 8 octobre 2021.

Une victoire pour les associations

Depuis 2020, Foodwatch et 8 autres ONG européennes poussaient la Commission et les autres Etats membres à étendre la décision française à toute l'Europe, en application du principe de précaution.

Pour l'association Avicenn, spécialiste des enjeux des nanotechnologies, c'est une avancée de voir la Commissaire européenne pour la santé et la sécurité alimentaire prendre position pour l'interdiction.

" Enfin ! Le bras de fer a été long, trop long, pour obtenir cette interdiction de l'additif E171 dans notre alimentation en France en 2020 et maintenant dans toute l'Europe, mais c'est une victoire importante pour notre santé ", se réjouit Karine Jacquemart, directrice de foodwatch France.

" Il faudra demain se battre pour qu'elle soit étendue à tous les produits, y compris les médicaments, mais cette interdiction européenne dans l'alimentation est déjà une avancée importante ", ajoute Mathias Chaplain de l'association Agir pour l'Environnement.

Le E171 toujours présent dans des produits cosmétiques et des médicaments

Le problème est que l'on trouve de l'E171 dans l'enrobage de certains médicaments, car il est difficile de trouver un substitut aussi efficace pour obtenir la couleur blanche... Et le problème se pose aussi pour des produits cosmétiques : dentifrices, rouges à lèvres, baumes à lèvres, qui peuvent tout à fait être ingérés. Des substituts ont été identifiés, mais là tout le travail d'analyse d'impact reste à faire.

Autre secteur touché : le BTP (Bâtiments et Travaux Publics). En effet, le dioxyde de titane (ou TiO2) se retrouve dans certains produits de type peintures et enduits, notamment pour la signalisation routière. Ces produits présentent un risque lors de l'inhalation par les professionnels qui les fabriquent comme par ceux qui les utilisent.

Christophe Duhamel

Crédit photo @kotoyamagami