entreprise

Le gouvernement continue à favoriser le développement de l'économie verte

Sommaire de cet article :

  1. Lancement du 4ème appel à projets éco-industries
  2. Ambition Ecotech : un programme pour favoriser le développement de l'économie verte
La nouvelle feuille de route du Comité d'orientation stratégique pour les éco-industries (Coséi) a été présentée le 13 janvier 2012 par Nathalie Kosciusko-Morizet et Éric Besson. Intitulé "Ambition Ecotech", ce programme comporte 87 mesures qui seront mises en oeuvre à partir de cette année. Il vise à renforcer la compétitivité des 18 filières industrielles vertes(*). Leurs activités concernent la protection de l'environnement, l'économie d'énergie et la réduction des gaz à effet de serre.

Lancé le 20 juillet 2011, le Coséi est chargé de définir et d'appliquer des mesures pour le développement du secteur éco-industriel.

Soutenir l'innovation et le développement à l'international

" "Ambition Ecotech" encourage la recherche et soutient des projets à la pointe de l'économie verte. Le programme permettra notamment de mener une étude comparée du financement public de l'innovation dans divers pays, pour dégager des bonnes pratiques. Il prévoit aussi la mise en place, par les Agences de l'eau, d'une base de données nationale sur les procédés innovants (par exemple, pour assainir ou préserver l'eau).

En parallèle, l'objectif est de mettre en valeur les savoir-faire français pour développer l'éco-industrie à l'export. Par exemple, une offre intégrée "Ville durable" va être définie, sur le modèle des éco-quartiers notamment. De même, le financement des projets d'exploration géothermique à l'étranger sera facilité par la création d'un fonds de garantie. " précise le Gouvernement.

Répondre aux besoins spécifiques de chaque secteur

Nathalie Kosciusko-Morizet

Le programme "Ambition Ecotech" prend en compte les problématiques concrètes propres à chaque filière verte, identifiées en concertation avec les éco-industriels. Par exemple, dans les transports, des méthodes harmonisées seront élaborées pour le calcul des émissions de CO2. Dans le domaine du recyclage, l'accent sera mis sur la lutte contre les sites de recyclage illégaux et les trafics associés.

La feuille de route s'attache particulièrement aux besoins des TPE et PME. Elle prévoit le renouvellement de l'appel à projets "éco-industries". Doté de 10 millions d'euros, il sera orienté vers les petites entreprises. Il visera à soutenir des projets de R&D collaboratifs, menés conjointement par plusieurs PME. Par ailleurs, les grands groupes vont signer un pacte PME-Éco-industries qui les engagera vis-à-vis des PME. Ce document définira notamment des bonnes pratiques en matière d'achat et d'échange d'informations.

(*) : Biomasse énergie ; biocarburants ; énergies marines ; éolien ; photovoltaïque ; géothermie ; captage, stockage et valorisation du CO2 ; bâtiment à faible impact environnemental ; véhicule décarboné ; logistique et gestion de flux ; réseaux énergétiques intelligents (smart grids) ; stockage de l'énergie ; recyclage et valorisation des déchets ; chimie verte ; biomasse matériaux ; eau et assainissement ; métrologie ; optimisation des procédés industriels

Mathilde Emery

Info +

Le poids des éco-industries en France

Avec dix-huit filières identifiées (hors bâtiment) , les éco-industries françaises représentent près de 430 000 emplois. En 2009, la production des éco-activités atteignait 64,4 milliards d'euros. Le montant de leurs exportations s'élevait à 4,4 milliards d'euros, tandis que celui des importations représentait 3,7 milliards d'euros, soit un excédent commercial de 750 millions d'euros. (source : www.gouvernement.fr)

Source: www.gouvernement.fr