Bioaddict



good news

Le gouvernement s'engage à améliorer la filière du recyclage des papiers

Publié Le 8 Février 2012 à 17h35
 
Afin d'améliorer la collecte et le recyclage des papiers de bureau, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie, et les principaux acteurs de la collecte et du recyclage du papier de bureau ont signé une convention d'engagement volontaire.

Au bureau, les Français produisent chaque année 900 000 tonnes de déchets de papiers, dont plus de la moitié n'est toujours pas collectée ni recyclée... Quant à l'achat de papier éco-responsable fabriqué à partir de papier recyclé, il reste largement minoritaire : seulement 5 % du papier ramette acheté. Et pourtant : la production de papier recyclé consomme, à quantité égale, trois fois moins d'énergie et d'eau que celle de papier non recyclé.

Ces chiffres désastreux en disent long sur les progrès restant à effectuer en matière de recyclage des papiers. Et contrairement à une idée reçue, l'essor des ordinateurs et de l'utilisation des emails, intranets, agendas numériques et consoeurs n'ont pas réduit l'usage de papier. Au contraire, nous avons tendance à vouloir tout archiver et à préfèrer lire sur un support papier que sur l'écran d'un ordinateur.

L'Etat s'engage pour améliorer la collecte

Afin d'améliorer la collecte et le recyclage des papiers de bureau, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, et les principaux acteurs de la collecte et du recyclage du papier de bureau ont signé lundi 6 février une convention d'engagement volontaire. Son objectif ? Développer une véritable filière française de recyclage et de valorisation des papiers de bureau.

Par la signature de cette convention, les professionnels de la collecte et du recyclage de papier bureau se sont engagés à :

  • Collecter 200 000 tonnes de papiers de bureau supplémentaires d'ici 2015. Cela passe par la captation d'un gisement jusqu'ici peu exploité : celui des petites entreprises et administrations, ainsi que par le renforcement du tri à la source : actions de sensibilisation et d'accompagnement auprès des entreprises tertiaires et des collectivités, formation des personnels en charge de la collecte...

  • Développer une filière française de recyclage et de valorisation structurée et performante en privilégiant notamment un approvisionnement de proximité des usines localisées en France et en renforçant la coordination entre tous les acteurs territoriaux concernés.

  • Mettre en valeur les produits " grand public " obtenus à partir du recyclage effectué en France pour encourager l'achat de produits recyclés. L'Etat s'engage notamment à augmenter la part du papier recyclé au sein de la commande publique.

Un Comité de suivi de cette convention d'engagement sera mis en place d'ici 3 mois et animé conjointement par le ministère du Développement durable et l'Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Énergie (ADEME).

Quelles questions dois-je me poser avant d'acheter du papier ?

Que ce soit pour un usage professionnel ou privé, l'Ademe préconise de choisir le grammage nécessaire... et suffisant ! Choisir un papier dont on aurait réduit de 10 % les impacts sur l'environnement ne sert à rien si l'on prend du 160 g là où 120 g auraient suffis.

Dans un second temps, faites le choix de papier reyclé ou de papier issu de forêts gérés durablement (PEFC et FSC) . Un papier répondant aux exigences de l'écolabel européen, ou équivalent (Ange bleu, " Cygne Nordique "), permet de s'assurer que l'impact environnemental sur tout le cycle de vie du produit est limité. En effet, les exigences de cet écolabel sont relatives aux émissions dans l'eau et dans l'air, à la consommation d'énergie, à la gestion durable des forêts, aux substances chimiques dangereuses et à la gestion de déchets. L'écolabel nordique "cygne blanc" assure des exigences équivalentes. Enfin, l'écolabel allemand "ange bleu" garantit un papier ecolabellisé et recyclé.

CG