Bioaddict



Le maïs OGM MON 810, interdit en France, bientôt remis sur le marché ?!


Sommaire
1 - Le maïs OGM MON 810 présente bien plus d'inconvénients que d'avantages
2 - Des associations demandent l'interdiction définitive du maïs MON 810
Publié Le 28 Décembre 2009 à 18h48
 

" Dans ces conditions, il serait difficile de comprendre et d'admettre que le MON810 soit à nouveau autorisé, alors même qu'on ne peut pas, scientifiquement, se prononcer sur sa possible toxicité. Une autre question, majeure, devra être posée : comment l'AESA, en charge de l'évaluation du dossier OGM au niveau européen, a pu conclure de manière manifestement infondée que le MON810 était aussi sain et nutritif qu'un maïs conventionnel?! Dans ce contexte d'incertitude scientifique et de manque de données, une attitude raisonnable s'impose ", estime Frédéric Jacquemart, copilote de la mission biotechnologie de FNE (France Nature Environnement).

La culture du maïs MON 810 est aujourd'hui interdite dans six pays.

" La France (interdiction depuis 2008), la Grèce, l'Autriche, la Hongrie, l'Allemagne et le Luxembourg n'autorisent pas la culture du MON 810 en vertu de la clause de sauvegarde prévue dans la législation sur les OGM ", indique Greenpeace qui demande que les gouvernements maintiennent cette clause de sauvegarde.

La réautorisation éventuelle du maïs MON 810 doit être discutée dans les prochaines semaines par la Commission européenne.

L'association Greenpeace demande " qu'elle interdise purement et simplement la culture de ce maïs transgénique. Au vu de l'avis du HCB, il devient évident que les pays ayant invoqué la clause de sauvegarde ne peuvent décemment pas retourner leur veste et doivent même peser sur la Commission pour que cette demande de réautorisation soit rejetée. "

Pour Patrick de Kochko, représentant des Amis de la Terre au HCB : " Les Amis de la Terre attendent maintenant que le gouvernement français suive courageusement cette recommandation et alerte les autres gouvernements européens pour obtenir, face à la nouvelle Commission Barroso, plus pro-OGM que jamais, un refus d'autorisation à Bruxelles. "

Emilie Villeneuve

voir les sources de l'infos