toxique

Le mercaptan est-il vraiment non toxique pour la santé ?

L'accident survenu près de Rouen, en Normandie, dans l'Usine Lubrizol, soulève le problème de la toxicité du mercaptan en cas d'intoxication aiguë.

Les ministères de la santé, de l'écologie et de l'intérieur sont très rapidement intervenus suite à l'accident survenu dans l'usine de Lubrizol pour nous rassurer et nous certifier que la diffusion du mercaptan qui s'en est suivie est sans danger pour la santé. Il est vrai qu'il ne s'agit que d'un marquant olfactif, qui est ajouté au gaz de ville, inodore, pour lui donner une odeur permettant de repérer les fuites. Mais ce gaz est quand même classé officiellement comme "toxique par inhalation" et "dangereux pour l'environnement". Et des cas d'intoxication aiguë sont survenus chez des travailleurs directement exposés.

Certes les autorités sanitaires nous disent que les relevés effectués après l'accident ont montré que l'exposition à ce produit avait été très faible et très en deça du seuil officiel de toxicité. Mais ou ont été effectuées les mesures ? Et quand ? Pour que l'odeur du mercaptan ait été ressentie jusque dans la région parisienne et en Angleterre il a bien fallu qu'une très forte quantité de ce produit ait été diffusée dans l'atmosphère. Et ce sont bien entendu les riverains qui ont été les plus exposés. D'ailleurs beaucoup se sont plaints de nausées et de maux de tête, de vertiges, de vomissements, de gêne respiratoire... Le seuil d'exposition a-t-il donc été, ou non, dépassé lors de la phase aigüe de l'accident, notamment pour cette population ? Si les mesures ont été effectuées plusieurs heures après l'explosion, impossible de le savoir. Les ministères de l'Ecologie et de l'Intérieur ont en tout cas demandé l'arrêt de l'usine Lubrizol et déclenché un " Plan particulier d'intervention ", pour protéger les populations, et l'environnement. Mais les protéger de quoi ?

Le ministère de la santé précise de son côté que le mercaptan émis par l'usine de Lubrizol ne présente aucun danger pour la santé et que les symptômes ont été ressentis chez des personnes " sensibles ". Ils seraient donc essentiellement d'ordre psychologique, liés à l'odeur très désagréable du produit. Nous ne demandons qu'à le croire.

Mathilde Emery