Bioaddict



bad news

Le Parlement Européen donne le permis de continuer à polluer aux constructeurs automobiles

Publié Le 5 Février 2016 à 14h10
 
Les eurodéputés ont validé mercredi 3 février l'assouplissement des futurs tests européens d'émissions de polluants des véhicules. " Instaurer des normes plus laxistes, c'est comme donner un droit à polluer aux constructeurs automobiles " déplore la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal.

 

Alors que des constructeurs automobiles ont été pris en flagrant délit de fraude à la pollution; alors qu'il est indispensable et urgent de limiter les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique, le Parlement Européen, réuni en séance plénière à Strasbourg, vient de voter la décision de la Commission Européenne et des Etats membres d'assouplir la nouvelle procédure de tests de mesure en conditions réelles de conduite (RDE) en accordant des " marges de tolérance " aux constructeurs automobiles.

Ainsi les véhicules pourront émettre 168mg de NOx (oxydes d'azote) par km entre 2017 et 2020, soit plus du double de la norme fixée dès 2007 à 80 mg de NOx/km, et 120mg de NOx/km après 2020.

Pourtant les effets nocifs du NOx sont bien connus. Ils participent à la formation de l'ozone (effet de serre), et des pluies acides. Et chez l'Homme,  ils provoquent une hyperréactivité des bronches chez les asthmatiques, et augmentent la sensibilité des bronches aux infections microbiennes, notamment chez les enfants.

Pour le Réseau Action Climat, qui regroupe les associations engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique, "c'est comme si aucune leçon n'avait été tirée du scandale Volkswagen : les lobbies automobiles ont eu raison des législateurs européens une nouvelle fois, et ce alors même que des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année de la pollution de l'air".

Dans un article du Parisien paru le jeudi 4 février, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal dénonce également  " le poids des lobbies ". "Instaurer des normes plus laxistes, c'est comme donner un droit à polluer aux constructeurs automobiles", explique la ministre pour qui "ces derniers ont obtenu le doublement des normes d'émission des oxydes d'azote, en contrepartie de nouveaux tests plus rigoureux qui incluraient des contrôles sur route". Après le scandale de la fraude Volkswagen, le gouvernement a en effet a mis en place une commission technique chargée d'évaluer les rejets de 100 véhicules de plusieurs marques. D'ici fin février, au total " une bonne cinquantaine " auront été testés, selon Mme Royal.

Cette décision du Parlement Européen conforte ainsi les constructeurs automobiles dans leur laxisme face à la pollution automobile qui va donc pouvoir continuer encore pendant de longues années.

Comment agir pour lutter contre la pollution malgré l'assouplissement des futurs tests européens d'émissions de polluants des véhicules ?

"Face à la défaillance des normes automobiles, il incombe maintenant aux élus nationaux et locaux de redoubler d'efforts pour développer les alternatives à la voiture comme le vélo et les transports en commun, sans quoi l'air restera irrespirable encore longtemps" explique Réseau Action Climat.

De con côté, Ségolène Royal rappelle que sa priorité est toujours la même : déployer massivement les véhicules propres, électriques et hydrogènes. Pour cela, plusieurs mesures ont été prises : la prime de 10 000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique remplaçant un vieux diesel polluant, l'obligation d'acquérir des véhicules propres lors du renouvellement des flottes publiques, et le lancement d'un appel à projet pour un véhicule électrique bon marché lors de la COP21.

Mathilde Emery