changements climatiques

Les changements climatiques causent une érosion côtière accélérée en Arctique

D'après une étude internationale menée par une trentaine de chercheurs, dans les régions arctiques, les changements climatiques provoquent une érosion rapide des côtes. Pour parvenir à de telles conclusions, les scientifiques ont étudié l'évolution de 100.000 km de côtes, soit un quart de l'Arctique, et constatent qu'elles reculent d'un mètre par an en moyenne.

Le recul est particulièrement marqué autour de la mer de Sibérie Orientale, de la mer de Laptev et de la mer de Beaufort, où le taux d'érosion atteint jusqu'à 8 mètres par an, relèvent les chercheurs. Contrairement au littoral situé à des latitudes moyennes, les côtes arctiques ne sont pas toutes rocheuses : les deux tiers sont constituées de permafrost, expliquent les chercheurs de l'Institut Alfred Wegener (Helmholtz Centre, Allemagne), qui ont contribué à ces travaux (publiés en ligne sur www.arcticcoasts.org). Le permafrost est un substrat mélangeant de la glace, des matières rocheuses et organiques, qui reste gelé pendant au moins deux ans. Dans l'hémisphère nord, le permafrost s'étend sur 25% des terres.

Ces côtes sont plus sensibles aux effets des vagues que les côtes rocheuses. Or, sous l'effet de l'augmentation des températures, les étendues de glaces de mer -qui normalement les protègent de l'érosion- se réduisent de plus en plus, précisent les spécialistes de l'institut polaire allemand.

Même si les régions côtières arctiques sont peu peuplées, le recul du littoral a des conséquences importantes sur la faune sauvage (comme le grand caribou) ou les écosystèmes lacustres situés près de la mer.

Le continent Arctique est l'une des régions de la planète la plus affectée par les changements climatiques : c'est là que les anomalies de températures les plus fortes (les écarts par rapport aux moyennes saisonnières) sont enregistrées depuis plusieurs années.

CATastrophes NATurelles.net, partenaire de bioaddict.fr

A lire aussi : Destruction record de la couche d'ozone au-dessus de l'Arctique

Les glaces du Groenland et de l'Antarctique fondent plus rapidement que prévu

2001-2010, décennie la plus chaude jamais enregistrée

Source: lnstitut Alfred Wegener