Bioaddict



good news

Les français trient de plus en plus leurs déchets

Publié Le 24 Juin 2009 à 23h56
 
L'ADEME a annoncé les résultats de la campagne MODECOM, réalisée à la demande du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire dans le cadre du plan national de prévention des déchets.

Que trouve-t-on aujourd'hui dans nos poubelles ? Voici les résultats de la campagne MODECOM (Méthode de caractérisation des ordures ménagères) 2007-2008 :

De 2005 à 2007, la quantité d'ordures ménagères collectées reste stable, mais les apports en déchèteries continuent d'augmenter.
Au total 37,77 millions de tonnes de déchets ont été collectés par les collectivités en 2007, dont 24,82 millions de tonnes (soit 391 kilos par habitant contre 396 en 2005) par les collectes d'ordures ménagères résiduelles et les collectes sélectives et 10,82 millions de tonnes apportés en déchèteries (soit 170 kilos par habitant contre 151 en 2005)

Le recyclage continue sa progression.
Sur ces 37,77 millions de tonnes, 33,5% sont orientés vers du recyclage matière ou organique contre 31% en 2005. Ces données sont à rapprocher des objectifs fixés par le Grenelle : atteindre 35% en 2012 puis 45% en 2015.

La composition des ordures ménagères n'a pas fondamentalement changé depuis 15 ans.
En 2007, la répartition entre les différents matériaux est assez proche de celle de 1993, à l'exception des textiles sanitaires, en très forte augmentation. Les emballages eux ont un peu diminué, passant de 39 % en 1993 à 32 % en 2007.

Le tri est entré dans les habitudes des Français.
La collecte sélective des journaux, magazines, revues et emballages a permis de capter 50 % de ce type de déchets.

Des progrès sont encore possibles en matière de prévention et de tri, notamment du verre.
Environ 150 kilos/habitant/an pourraient faire l'objet de gestes de prévention tels que le compostage domestique, l'évitement du gaspillage de produits alimentaires, la limitation des impressions bureautiques et les photocopies...
Nos poubelles "grises" (celles de déchets résiduels) contiennent encore jusqu'à 100 kilos/habitant/an de déchets potentiellement recyclables: papiers, cartons, plastiques, métaux et surtout verre : c'est en effet encore près de 20 kilos/habitant/an de verre qui ne sont pas orientés vers les collectes sélectives.

 

Afin d'atteindre les objectifs du Grenelle qui visent à produire moins de déchets, à en recycler beaucoup plus, tout en diminuant le recours au stockage et à l'incinération, un effort est à produire pour :

Limiter le gaspillage de ressources
Le gisement concerné par des gestes simples de prévention (tels le compostage domestique, le Stop-Pub, la limitation des impressions bureautiques,...) représente 39% de l'ensemble des ordures ménagères, soit environ 150 kilos par habitant et par an. On relève notamment dans ce gisement 7 kilos de produits alimentaires non consommés, encore emballés.

Favoriser le compostage
Concernant les déchets organiques (matières putrescibles et papiers-cartons), jusqu'à 52 % des ordures ménagères résiduelles, soit 164 kilos par habitant par an, pourraient être valorisées en combinant compostage domestique et filières collectives de gestion biologique (compostage ou méthanisation). La part des seuls déchets putrescibles représente aujourd'hui 125 kilos par habitant par an, soit 40 % en poids de la poubelle grise.

Ne pas négliger le tri sélectif
Un engagement plus marqué des Français, un meilleur respect des consignes de tri, ainsi que le développement de nouvelles technologies de valorisation pourraient permettre d'extraire des poubelles grises jusqu'à 100 kilos par habitant par an de déchets tels que papiers, cartons, plastiques, métaux...Le verre représente encore de l'ordre de 20 kilos par habitant par an dans les ordures ménagères résiduelles.