Bioaddict



interview

Maquillage bio et naturel: un marché qui ne demande qu'à prendre des couleurs !

Publié Le 3 Novembre 2011 à 11h48
 
Comment se développe le marché du maquillage bio en France ? Quelles différences entre les produits de maquillage bio et conventionnels ? Peut-on trouver tous les types de produits de maquillage sous les labels naturel et bio ? Ces produits sont-ils adaptés aux peaux sensibles ?
DOSSIER SPECIAL

Certaines marques pionnières, notamment allemandes, telles que Dr Hauschka, Logona et Lavera ont une position de leaders, mais le marché des maquillages bio reste encore assez timide. Et ce malgré l'apparition de nouvelles marques modernes comme Couleur Caramel en France.

Si de plus en plus de femmes se tournent vers les produits cosmétiques certifiés biologiques, leurs habitudes ne sont pas encore systématiques concernant les produits de maquillage...

Michel Knittel, responsable de la communication chez Bleu Vert - société française qui distribue entre autres les marques Logona et Santé Naturkosmetik - nous a accordé cette interview pour nous aider à y voir plus clair.

 

  1. Bioaddict.fr : Comment décririez-vous le marché du maquillage bio ?

    Michel Knittel : C'est une partie de la cosmétique bio, qui déjà ne représente qu'un petit pourcentage du marché de la cosmétique globale (3 à 4% actuellement). Donc ce n'est pas encore très développé. Il faut ajouter que les femmes possèdent en général plus de produits de soin que de produits de maquillage. Et chez certains utilisateurs de produits naturels, il y a l'idée de ne pas camoufler... Mais l'important est de dire qu'aujourd'hui, celles qui veulent de beaux résultats avec le maquillage naturel peuvent trouver aujourd'hui une offre adaptée.

  2. Quelle est la spécificité du maquillage dit naturel (et a fortiori celle du maquillage certifié biologique)?

    Les acteurs de ce secteur possèdent une très bonne expertise. On ne s'improvise pas fabricant de maquillage naturel, cela demande une excellente connaissance de la formulation. Dans ce domaine, existe la même palette d'ingrédients indésirables qu'en cosmétique de soins : huiles minérales, silicones, colorants synthétiques, etc. Mais évidemment dans le maquillage, la couleur joue un rôle primordial. Un formulateur dans le bio ne peut pas lancer trois nouvelles couleurs par jour, comme on peut le faire avec des couleurs synthétiques ; le développement prend beaucoup plus de temps, le nuancier reste dans des couleurs naturelles. 

    Et l'avantage du maquillage naturel reste son côté soin : le support apporte quelque chose, les huiles végétales, les cires, les extraits végétaux nourrissent en profondeur la peau ou les lèvres. Mais les huiles végétales s'oxydent, ne restent pas stables dans le temps, c'est pourquoi les grands groupes ne s'y intéressent pas en général (à l'exception de Bourjois avec sa gamme UNE Natural Beauty). C'est beaucoup plus facile de formuler avec des huiles minérales ! Et puis être bon dans le soin ne veut pas dire que l'on va être bon en maquillage, cela demande vraiment une expertise.

  3. Peut-on trouver tous les types de produits de maquillage sous les labels naturel et bio ?

    Oui, à part les vernis qui restent par essence non naturels car à base de résine, la palette de maquillage comporte aujourd'hui tous les produits que l'on trouve dans le maquillage conventionnel : gloss, rouge à lèvres, eye-liner, mascara, fonds de teint, correcteurs de teint... Le mascara reste sans doute le talon d'Achille du secteur, car sans résines acryliques ni solvant, difficile d'égaler les mascaras conventionnels qui rivalisent de promesses en terme d'allongement... Mais là encore, de grands progrès ont été faits et on trouve des mascaras " volume " tout à fait satisfaisants. La consommatrice doit se demander : quelles sont mes exigences ?

  4. Les personnes qui ont une peau ou des yeux sensibles ont-elles intérêt à utiliser un maquillage naturel ?

    Oui tout à fait. Les premières substances qui provoquent des réactions sont les parfums et les colorants. Les pigments minéraux sont mieux tolérés, et en général, les marques de maquillage naturel ne parfument que peu les produits, car ce n'est pas un but en soi.

  5. Selon vous, le marché va-t-il encore se développer ?

    Oui, certainement, car les marques ont désormais prouvé que le maquillage était compatible avec le naturel. Mais en France il doit y avoir une réflexion sur le mode de distribution, car malheureusement, beaucoup de magasins bio ne sont pas de bonnes vitrines pour le maquillage, avec une offre insuffisante. Certains ont des réticences pour intégrer ces produits, ce qui les rend moins accessibles. Des efforts peuvent être faits dans ce domaine. 

    Au niveau des consommateurs, de nombreux jeunes sont sensibilisés aux problèmes d'environnement et de santé, et cette jeune génération se tournera vers des produits plus sains.

 

Propos recueillis par Caroline Chavigny