événement biodiversité

Nature Capitale : La Nature a triomphé sur les Champs-Élysées

Sommaire de cet article :

  1. Un concentré de Nature
  2. Les jeunes agriculteurs face à leurs responsabilités
En accueillant un immense jardin dans ses bras les 23 et 24 mai, l'Avenue des Champs-Élysées a permis à près de 2 millions de personnes de redécouvrir les trésors que la Nature nous offre sans compter...et de mesurer l'importance de les préserver. Reportage.
Afficher le diaporama

Qu'elle était belle la Nature sur les Champs Elysées. Son complice le soleil n'a pas manqué le rendez-vous pour la sublimer. Les promeneurs étaient bouche-bée. Ils ne cessaient de descendre et remonter l'Avenue. Pour l'admirer. Lui parler. La caresser.

Les plus anciens se rappelaient avec nostalgie les beaux et généreux jardins cultivés par leurs parents. Les enfants découvraient comment poussent, le riz, les ananas ou les haricots verts... Pas d'agressivité dans les allées. Pas de bruit sur les Champs Elysées. Les gens chuchotaient presque entre eux, comme pour respecter la sérénité des plantes. Un grand moment de bonheur et de paix...

Un concentré de Nature

La bonne idée des initiateurs de l'événement, les " Jeunes agriculteurs ", avec le créateur de l'événement Gad Weil, a été de concevoir dans un même lieu un véritable concentré de Nature, rassemblant avec harmonie une multitude d'arbres, de plantes et de fleurs, disposés dans des massifs composés.

Les laitues sagement alignées étaient belles à croquer. Le colza éblouissait les yeux de son jaune éclatant riant de la confusion des promeneurs avec son sosie la moutarde. Les fèves, les lupins, les petits pois étaient émus de voir que certains les reconnaissaient...

[media]

Et le soir du dernier jour, après la fermeture des allées, les visiteurs sont restés nombreux, derrière les barrières, à continuer à contempler le spectacle, pour en profiter jusqu'au bout. Comme s'ils avaient peur de ne plus revoir ainsi la Nature dans toute sa beauté. Comme si c'était la dernière fois...

Il fallait les voir repartir, heureux et émus comme des enfants, avec des plants, de jeunes pins, de chênes, de lavande, serrés délicatement dans leurs bras. Qu'allaient-ils en faire ? ou allaient-ils les planter ? La question ne se posait pas.

Découvrez notre reportage photos ci-dessus et dans la page 2 de cet article. (Cliquez sur les photos pour les agrandir)

A lire aussi : Nature Capitale : un jardin extraordinaire sur les Champs-Elysées les 23 et 24 mai prochain