Bioaddict



événement

"Notre poison quotidien" ce soir sur Arte : un documentaire qui coupe l'appétit

Publié Le 15 Mars 2011 à 18h14
 
Ne ratez pas la diffusion du dernier documentaire de Marie-Monique Robin, ce soir à 20h40 sur Arte. Notre poison quotidien fait le procès des substances chimiques avec lesquelles nous sommes en contact permanent.
Notre poison quotidien, bande annonce

C'est le genre de film qui vient tout chambouler. Car c'est toute la chaîne alimentaire de "la machine agro-industrielle" comme elle l'appelle si bien, que Marie Odile Robin dissèque soigneusement. Elle cherche ainsi à établir les causes de l'augmentation du nombre de cancers, de maladies neurologiques ou auto-immunes, de troubles de la reproduction etc. Pesticides et autres produits chimiques (notamment l'aspartame et le bisphénol A) sont pour elle des coupables crédibles.

C'est lors de la réalisation du très médiatique documentaire, "Le Monde selon Monsanto", que la question de la responsabilité de ces substances s'est posée à Marie-Monique Robin. Ce nouveau documentaire va encore plus loin dans la critique. Déjà par un titre percutant : "Notre Poison quotidien" qui renie volontairement l'euphémisme de la formule "produits phytosanitaire". Puis par la dénonciation de conflits d'intérêts et de contradictions au sein des institutions de contrôle et de réglementation.

De la Mutualité sociale agricole (MSA) à l'OMS (Organisation mondiale de la santé), toutes sont passées au crible. Les décisions de l'OMS basées sur des études confidentielles fournies par les industriels, l'Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments) qui emploie des experts également salariés dans des entreprises utilisant des produits chimiques, les listes de produits cancérigènes du Circ (Centre international de recherche sur le cancer) qui ne sont pas concordantes avec les conclusions de certains de leurs rapports...

On apprend également que sur les 100 000 produits chimiques qui ont été commercialisés depuis 1945, seuls 900 ont pu être évalués par le Circ. Un passage très intéressant crée ainsi le doute sur l'origine de la notion de dose journalière admissible (DJA). On est également perturbé par les témoignages d'agriculteurs et notamment celui de Yannick Chenet qui est décédé en début d'année suite à des expositions avec des pesticides.

"La littérature scientifique est polluée par des études faites sur mesure pour l'industrie", dénonce Marie-Monique Robin. Et lorsque les autorités, Efsa ou OMS, tentent de fixer des limites de consommation des produits chimiques, " doses journalières admissibles " ou "limites maximales de résidus", la complexité de la tâche les transforme en "acrobates des limites": "Nous sommes dans une société du risque où nous acceptons des effets collatéraux au nom du progrès", analyse Marie-Monique Robin.

Un documentaire choc difficile à digérer... car aujourd'hui ce sont bien les consommateurs qui prennent les risques (de santé) et les entreprises qui reçoivent les bénéfices.

Regarder la bande annonce en cliquant ici

Le documentaire sera suivi d'un débat en présence de Marie-Monique Robin.

Alicia Munoz

A lire aussi :"Nos enfants nous accuseront" : L'interview vérité de la productrice du film

Santé et alimentation : nos enfants avalent 128 résidus chimiques par jour !