nucléaire

Nucléaire: une pétition est lancée pour demander l'arrêt de l'EPR de Flamanville

L'Association " Agir pour l'Environnement " vient de lancer une pétition dont le but est de demander l'abandon de la construction de la centrale nucléaire EPR de Flamanville considérée comme "dangereuse, inutile et coûteuse".

La Centrale nucléaire EPR de Flamanville n'arrête pas de faire parler d'elle, non pas du fait de ses qualités mais à cause de ses défauts qui s'accumulent d'année en année et de son coût devenu exorbitant.

Des défauts techniques à répétition

Cette centrale qui se voulait le fleuron de la technologie nucléaire française est en réalité considérée comme dangereuse car depuis sa construction surviennent des problèmes techniques en cascade très graves, dont le plus récent est l'apparition de fissures dans la cuve de 420 tonnes en acier qui doit recevoir le combustible radioactif, le MOX, un mélange d'uranium et de plutonium très " chaud " qui peut entrainer une catastrophe si la cuve présente le moindre défaut. Ces fissures sont considérées par l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), qui les a détectées suite à des tests de résistance, comme une anomalie " très sérieuse ".

En contradiction avec la loi de transition énergétique

Cette centrale est également incohérente car la Loi de Transition Energétique prévoit que la France réduise sa dépendance au nucléaire pour tendre vers les 50% à l'horizon 2025 au lieu de 75% aujourd'hui. C'est donc vers le démantèlement progressif des 19 centrales nucléaires qu'il faut s'orienter et non pas vers la construction de nouveaux réacteurs.

Un frein pour le développement des énergies durables

La centrale de Flamanville est également inutile car l'avenir est aux énergies durables respectueuses de la santé et de l'environnement. Et c'est naturellement sur ces énergies durables, mais aussi sur les économies d'énergie, qu'il faut concentrer les investissements.

Et pour ceux qui doutent encore de la capacité des énergies durables à répondre à nos besoins en électricité et qui pointent le risque de devoir s'éclairer à la bougie en cas d'abandon du nucléaire, l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) a rédigé récemment un scénario, rapidement enterré (on se demande sur ordre de qui ?), dans lequel elle estime possible que la France puisse atteindre un mix énergétique composé à 100% d'énergies renouvelables...

L'Association

Un gouffre financier

La centrale de Flamanville est enfin un gouffre financier incroyable. Les problèmes techniques rencontrés nécessitent en effet des travaux de recherche complémentaires très coûteux et retardent régulièrement son lancement. Ainsi, le coût de la construction de cet EPR, qui était initialement de 3,3 milliards d'euros dépasse aujourd'hui les 8 milliards, payés avec nos impôts, et devrait dépasser les 10 milliards suite au nouveau retard entrainé par le changement de la cuve défectueuse (retard de 2 ans minimum), et le coût de construction d'une nouvelle cuve.

Savoir s'arrêter

Bien entendu l'arrêt de la construction de la centrale de Flamanville sera un mauvais signal donné aux clients étrangers concernant le savoir faire de la France en matière d'énergie nucléaire, et actera la perte sèche de 8 milliards d'euros. Mais il est parfois nécessaire de reconnaitre ses erreurs et d'avoir le courage d'arrêter. On ne joue pas avec la sécurité et la santé des populations, surtout quand on connait les conséquences désastreuses potentielles d'un accident nucléaire majeur. Vingt  neuf ans après, Tchernobyl continue à diffuser de la radioactivité et la catastrophe de Fukushima n'est toujours pas maitrisée...

Rappelons-nous ce que disait un philosophe ancien, Sénèque peut-être : " Errare humanum est, perseverare diabolicum ", et construisons le monde énergétique, durable et sans danger, de demain, dans lequel le nucléaire doit être absolument radié.

Pour signer la pétition pour demander l'arrêt de l'EPR de Flamanville, c'est ici : epr-nonmerci.agirpourlenvironnement.org

Christina Vieira