Bioaddict



Pape François : " une transition énergétique radicale est nécessaire pour faire face à l'urgence climatique "

Publié Le 14 Juin 2019 à 17h37
 
" Face à l'urgence climatique, nous devons prendre les mesures appropriées pour éviter de commettre une grave injustice à l'égard des pauvres et des générations futures. Une transition énergétique radicale est aujourd'hui nécessaire pour sauver notre maison commune " a déclaré le Pape François le vendredi 4 juin à l'issue d'une rencontre au Vatican avec des dirigeants d'entreprises pétrolières et gazières et leurs principaux investisseurs institutionnels.
Le Pape François participant à la rencontre avec les responsables de l'industrie pétrolière, le 14 juin 2019 à la Casina Pie IV.

 

Durant cette rencontre, le pontife a appelé les producteurs d'hydrocarbures à rendre compte de leur rôle dans l'accélération de la crise climatique. " Le temps presse ! Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre la relève ou de donner la priorité aux préoccupations économiques de court terme. La crise climatique exige une action déterminée de notre part, ici et maintenant ", a-t-il expliqué tout en déclarant " l'urgence climatique " et en appelant à une " transition énergétique radicale ".

Lors d'une réunion similaire au Vatican l'an dernier, le pape François avait déjà appelé les entreprises pétrolières et gazières à respecter l'accord de Paris. Mais depuis, le rapport spécial du Giec sur les trajectoires permettant de limiter le réchauffement à 1,5°C comme prévu par l'accord de Paris a montré que tout investissement dans de nouvelles infrastructures de pétrole et de gaz était incompatible avec l'atteinte des objectifs de Paris, et que la production des gisements existants devrait diminuer près de 40 % d'ici 2030.

En marge de cette rencontre, Fridays For Future, l'organisation créée par la jeune activiste suédoise Greta Thunberg, organisait une manifestation devant le Vatican pour rappeler à ces entreprises leur responsabilité morale de laisser les combustibles fossiles dans le sol. Prenant note de la mobilisation croissante des jeunes pour lutter contre le changement climatique, le Pape a déclaré :

" Les générations futures sont sur le point d'hériter d'un monde très dégradé. Nos enfants et petits-enfants ne devraient pas avoir à payer le prix de l'irresponsabilité de notre génération. Je m'excuse, mais je tiens à souligner ceci : ce n'est pas juste de faire payer à nos enfants et petits-enfants le coût de notre irresponsabilité. En fait, comme cela devient de plus en plus évident, les jeunes exigent un changement ; "L'avenir nous appartient", crient les jeunes aujourd'hui, et ils ont raison ! "

Le Pape n'a jamais hésité à commenter les événements importants de la crise climatique. Dans l'encyclique " Laudato Si " sur l'écologie publiée en 2015, peu avant la COP21, le Pape François préconisait déjà un changement de mode de vie dans les pays riches imprégnés d'une culture de consommation "jetable" et la fin des "attitudes obstructionnistes" qui mettent trop souvent le profit avant le bien commun. Il a également implicitement critiqué les États-Unis lorsqu'ils se sont retirés de l'Accord de Paris en 2017.

Cette réunion avec les dirigeants d'entreprises pétrolières et gazières et leurs investisseurs intervient à un moment où les pressions s'intensifient pour mettre un terme à l'utilisation des combustibles fossiles - l'une des principales demandes du Secrétaire général des Nations Unies avant le Sommet sur le climat de septembre est qu'il n'y ait plus aucune nouvelle centrale au charbon à partir de 2020.

Les investisseurs utilisent de plus en plus l'engagement actionnarial pour pousser le secteur pétrolier et gazier à adopter à des plans d'affaires alignés sur les objectifs de l'accord de Paris. Dans le même temps, le mouvement de désinvestissement continue de s'amplifier. Le 12 juin, le parlement norvégien a annoncé la plus importante opération de désinvestissement à ce jour, en donnant instruction à son fonds souverain, le plus grand du monde, de se désinvestir de 150 sociétés de l'amont pétrolier et gazier et d'investir 20 milliards de dollars (environ 2 % des actifs du fonds) dans des projets d'énergie renouvelable. L'une des principales raisons à l'appui de cette décision était l'argument économique de la faiblesse des prix du pétrole : le fonds souverain de la Norvège a en effet observé qu'il aurait gagné 38 milliards de dollars de plus au cours de la dernière décennie s'il n'avait pas investi dans le pétrole et le gaz.

" Oggi è necessaria una transizione energetica radicale per salvare la nostra casa comune " : " Une transition énergétique radicale est aujourd'hui nécessaire pour sauver notre maison commune " a conclu le Pape François dans son discours. Un message fort qui est le bienvenu dans un contexte d'urgence climatique que beaucoup d'industriels ne semblent malheureusement toujours pas prendre au sérieux.

ME

Plus d'infos sur le site www.vaticannews.va